Les membres de l’AGEFLESH sont convoqués à une assemblée générale de grève, mardi.

La faculté des lettres en vote de grève

L’association générale étudiante de la faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Sherbrooke (AGEFLESH) convoque ses membres mardi en assemblée générale de grève pour la rémunération des stages.

« C’est pour faire une suite aux moyens de pression qui ont commencé en 2012 pour la rémunération des stages, explique Érika Faucher, la responsable à la coordination. Cette histoire-là ne s’était jamais réglée. À l’AGEFLESH, on a un mandat de nos membres qui est d’appuyer les Comités unitaires pour le travail étudiant (CUTE). Ce sont ces organisations qui se rencontrent et qui tentent de se concerter et que ce soit conséquent entre les différentes régions du Québec. »

« En voyant qu’il y a si peu d’avancées depuis la grève de la session dernière, ils veulent poursuivre la lutte, dit-elle. Ce que l’on sait, c’est que certains stages seront payés, d’autres non ! On parle de compensations, mais l’important c’est aussi la sécurité au travail. C’est dans cette optique qu’on aimerait poursuivre la lutte. »

Cependant, rien n’est encore décidé. L’AGEFLESH proposera de voter une première semaine de grève, et proposera également de commencer le moyen de pression lorsque 20 000 membres d’associations étudiantes lèveront les cours « pour ne pas qu’on fasse la grève seuls », explique Mme Faucher. 

« C’est l’assemblée qui va nous le dire. Ça prend une centaine de membres (5 %), mais en général, il y a plus de monde que ça. La proposition pourrait être changée du tout au tout. Déjà l’an passé, on parlait de grève générale illimitée pour l’hiver 2019. Peut-être que quelqu’un pourrait amender la proposition pour une générale illimitée, peut-être que quelqu’un pourrait amender pour une seule journée. On ne sait pas du tout où ça s’en va », indique la responsable à la coordination de l’AGEFLESH.

Si l’AGEFLESH entre en grève, elle ne sera pas seule. « Déjà deux associations étudiantes ont voté une grève lorsque le plancher de 20 000 manifestants sera atteint. Il y aura des assemblées générales tout au long du mois de février dans les différentes associations », exprime Mme Faucher.