L’école primaire Jean-XXIII recevra jusqu’à trois classes transitoires au cours des prochaines semaines afin de recevoir les élèves qui ne pourront pas réintégrer leur école d’appartenance.
L’école primaire Jean-XXIII recevra jusqu’à trois classes transitoires au cours des prochaines semaines afin de recevoir les élèves qui ne pourront pas réintégrer leur école d’appartenance.

La CSRS ouvrira des classes transitoires à l’école Jean-XXIII

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Sherbrooke — La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) ouvrira des classes transitoires à l’école primaire Jean-XXIII jusqu’à la fin de la présente année scolaire. Tous les enfants qui ne peuvent pas être accueillis dans leur école d’appartenance pourront venir y parfaire leurs apprentissages dans le « contexte rassurant d’une autre école primaire ».

Chaque semaine, des parents choisissent de renvoyer leurs enfants à l’école pour les semaines restantes de leur année scolaire. Or avec la limite imposée de 15 élèves par classe, la majorité des écoles primaires de la CSRS utilisent déjà l’ensemble de leurs locaux disponibles comme salles classes, que ce soient les locaux d’anglais ou de musique ou les bibliothèques.

À LIRE AUSSI« C’est la FIFA à toutes les récréations »

Or à ce stade, il y a des écoles qui ne peuvent plus accueillir de nouveaux élèves tout en respectant les règles de distanciation physique imposées par le ministère de l’Éducation et des Études supérieures (MEES).

Comme il est hors de question de refuser des élèves, la CSRS a choisi d’ouvrir jusqu’à trois classes transitoires à l’école Jean-XXIII, qui était l’une des seules écoles primaires à avoir encore trois locaux disponibles.

Prenons un exemple. Un enfant de quatrième année qui ne pourrait pas être accueilli dans son école aurait donc la possibilité d’aller passer quelques semaines à étudier à l’école Jean-XXIII, située sur la rue Thibault, près de l’école secondaire du Phare.

Les enfants ne seront donc pas dans leur école ni avec leur enseignante ni avec leurs amis.

Marie-Pierre Tardif

« Ce n’est pas l’idéal, mais il faut se rappeler que nous sommes dans une situation exceptionnelle, avec des mesures exceptionnelles. Connaissant mes collègues (les directrices des écoles primaires), elles vont tout faire pour garder leurs élèves. Mais quand ce sera impossible, les élèves et leurs parents seront écoutés et accueillis ici, dans un contexte rassurant, et avec un accueil personnalisé. Je serai là pour l’accueil de chaque enfant », explique la directrice de l’école primaire Jean-XXIII, Marie-Pierre Tardif.

« La direction de la CSRS a choisi d’installer les classes transitoires dans une école primaire, dans un contexte plus rassurant, plus familial, que dans une école secondaire. Il y a beaucoup d’avantages à accueillir les enfants dans une école primaire : les locaux sont adaptés, les environnements se ressemblent, les bureaux sont adaptés au gabarit des enfants, nous avons aussi le matériel de jeu nécessaire pour les enfants », mentionne Mme Tardif.

 « Il n’y aura pas de transport scolaire offert, mais nous avons un service de garde le matin, le midi et le soir, ce qui peut aider les parents qui travaillent », indique la directrice de l’école Jean-XXIII.


« J’ai déjà commencé à recevoir des appels de mes collègues d’autres directions d’écoles. »
Marie-Pierre Tardif

La CSRS ne sait pas combien d’enfants fréquenteront ces classes transitoires, car l’ajout des élèves est géré par les directions d’écoles de façon décentralisée.

« Mais je sais que nous allons au moins ouvrir une classe de troisième cycle la semaine prochaine, car j’ai déjà commencé à recevoir des appels de mes collègues d’autres directions d’écoles », ajoute Marie-Pierre Tardif.

La scolarisation des enfants s’effectuera donc « dans une classe cycle », qui impliquera des élèves de plusieurs écoles de la commission scolaire et de plusieurs niveaux du même cycle du primaire.

L’entrée à l’école s’effectuera les mercredis 3 et 10 juin, ce qui permettra à l’école de réaménager les classes s’il y a lieu. C’est la direction de l’école où étudie normalement l’enfant qui effectuera les démarches pour inscrire l’enfant dans cette école transitoire.

Jusqu’à présent à Sherbrooke, seule l’école Sacré-Cœur de Sherbrooke utilise des locaux d’une école secondaire, soit l’école Montcalm. Les autres écoles avaient réussi, jusqu’ici, à recevoir tous leurs élèves.