Karine Vallières, député de Richmond.

La CSRS devra attendre pour revoir le projet de l'école C

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) n'aura pas le feu vert de Québec afin de faire passer le nombre de classes de l'école C de 14 à 21. Du moins, pas maintenant.
« Les budgets ne sont pas octroyés pour 21 classes », confirme la députée de Richmond, Karine Vallières.
Le gouvernement a récemment fait une série d'annonces en Estrie pour l'agrandissement de certaines écoles. C'est le cas de l'école primaire Jean-XXIII, qui pourra être agrandie de huit classes. Un nouveau gymnase sera aussi à l'école Pie-X-de l'Assomption.
Le député Pierre Reid a aussi annoncé le projet d'agrandissement de l'école primaire Saint-Pie-X, à Magog.
L'école C ne fera vraisemblablement pas partie de cette série d'annonces.
« Ce qu'on indique à la commission scolaire, c'est de prévoir les plans en conséquence d'un ajout éventuellement », commente Mme Vallières.
L'école C doit voir le jour à l'angle du boulevard René-Lévesque et de la rue Matisse, dans le secteur de Rock Forest. L'organisation avait eu le feu vert pour la construction d'un édifice de 14 classes. Elle avait en main dès le départ un scénario de 21 classes, mais elle avait revu son projet afin d'avoir plus de chances d'obtenir le financement de Québec.
À ce sujet, la députée note que les besoins se font sentir ailleurs et qu'il s'agit aussi d'une question d'équité.
La pression démographique se fait particulièrement sentir dans le secteur de Rock Forest. L'arrivée de l'école C doit permettre de désengorger certaines écoles, dont la Maisonnée, où plusieurs élèves doivent être déplacés encore cette année faute de place.
La CSRS pourrait-elle obtenir le financement pour 2018-2019? Il est trop tôt pour s'avancer, selon la députée. Les bureaux de la CSRS sont fermés en ce moment pour les vacances estivales. Encore récemment, l'organisation espérait obtenir le feu vert de Québec afin de faire passer le projet de 14 à 21 classes.
L'école C doit accueillir ses premiers élèves à la rentrée 2018. L'échéancier avait dû être reporté d'un an, ce dossier étant lié au prolongement du boulevard René-Lévesque.
Rappelons que des besoins d'espace se font aussi sentir aux écoles Jardin-des-Lacs, à Saint-Denis-de-Brompton, et à la Source-Vive d'Ascot Corner.