La CSRS annule son transport scolaire

Les vents violents qui ont balayé l’Estrie ont forcé la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) à annuler le transport scolaire pour le retour à la maison de quelque 14 000 élèves, vendredi après-midi. D’autres commissions scolaires de la région ont aussi dû prendre des mesures exceptionnelles afin d’assurer la sécurité de leurs élèves.

Alors que les vents et la pluie faisaient rage sur tout le territoire estrien, la CSRS a émis un avis vers 13 h 30 à l’effet qu’elle annulait l’ensemble de son transport scolaire « par souci de sécurité pour les élèves ». 

« Cette décision s’impose puisque la CSRS n’est pas en mesure de garantir un retour à la maison sécuritaire de tous les circuits d’autobus à cause de chemins devenus impraticables en cours de journée », a fait savoir la CSRS par le biais d’un communiqué émis sur son site web et sur les différentes plateformes numériques afin d’inviter les parents à venir chercher les élèves directement à leur école.

La CSRS dit avoir pris cette décision après avoir constaté une dégradation importante des conditions routières au cours de la journée, a indiqué son porte-parole, Donald Landry.

« Nous avons dû prendre cette décision lorsque nous avons constaté qu’entre 20 et 25 % de nos circuits ne seraient pas en mesure de compléter leur trajet, a expliqué M. Landry. Plusieurs de nos circuits sont complètement intégrés à d’autres circuits, qui impliquent des correspondances, que ce soit avec d’autres transporteurs scolaires ou avec des autobus de la STS. C’est un peu comme un jeu de dominos. À partir du moment où nous avons su que certaines routes avaient été fermées et que même la STS n’avait plus de desserte dans certains secteurs de la ville, nous avons pris la décision d’informer les parents de la situation. »

Selon le porte-parole de la CSRS, à partir du moment où la décision a été prise d’annuler le transport scolaire, toutes les mesures d’atténuation ont été prises afin d’assurer une prise en charge adéquate des élèves. La CSRS dit avoir été en communication constante durant toute la journée avec les services d’urgences de la Ville et de la Sécurité civile.  

« Nous avons pris la décision suffisamment tôt pour permettre aux parents de venir chercher leurs enfants au moment où cela leur convenait. On ne voulait pas revivre un autre 14 février (NDLR : tempête de neige). On s’est assuré qu’il y avait du personnel dans les écoles jusqu’à ce que le dernier élève soit parti ».  

Il n’y a pas que sur le territoire de la CSRS que le vent et la pluie ont causé des ennuis. À la Commission scolaire des Hauts-Cantons, trois écoles ont dû être évacuées en raison des forts vents qui menaçaient la sécurité des élèves. 

Il s’agit des écoles primaires d’Audet et de Lac-Drolet ainsi que de la polyvalente Louis-S.-St-Laurent d’East Angus. Dans certains cas, les pompiers ont été appelés à superviser les opérations, a indiqué la coordonnatrice au Service de l’enseignement et du transport scolaire de la CS des Hauts-Cantons, Julie Martineau. « Nous avons dû appliquer les mesures prévues dans les cas de conditions routières difficiles, c’est-à-dire que si on sait qu’un autobus ne pourra pas se rendre au domicile de l’élève, on garde l’enfant et appelle les parents afin qu’ils viennent les chercher. »

Plusieurs circuits d’autobus situés dans les secteurs de Compton, North Hatley et Hyatt’s Mill ont connu des retards de plus de 20 minutes sur l’horaire habituel.    

La Commission scolaire anglophone Eastern Townships a elle aussi dû composer avec les intempéries. Certains de ses circuits d’autobus ont connu des retards dus à la fermeture de certaines routes. Ces retards touchaient principalement les élèves de l’école primaire Lennoxville et l’école secondaire Alexander-Galt, située le long de la route 108.

 Pour connaitre les rues fermées, consultez la carte interactive de la Ville de Sherbrooke à l'adresse suivante : https://cartes.ville.sherbrooke.qc.ca/Inondation/