Les travaux se poursuivent sur le chemin Duplessis, où le Service de police sera particulièrement présent cette semaine pour assurer le respect de la signalisation dans le chemin de détour.
Les travaux se poursuivent sur le chemin Duplessis, où le Service de police sera particulièrement présent cette semaine pour assurer le respect de la signalisation dans le chemin de détour.

La COVID ne cause pas de retard sur les chantiers sherbrookois

SHERBROOKE — Les mesures sanitaires ne causent pas de ralentissements sur les chantiers routiers sherbrookois depuis le début des travaux le 11 mai. Les policiers n’enregistrent pour leur part pas de problèmes avec le respect des consignes des contrôleurs routiers, mais ils préviennent qu’ils seront présents sur le chemin Duplessis cette semaine. 

« Comme l’année dernière, nous serons très présents sur les chantiers routiers pour assurer le respect de la signalisation. Cette semaine, nous serons sur le chemin Duplessis et nous mettrons l’emphase sur les arrêts obligatoires dans les chemins de détour, particulièrement ceux aux intersections des rues Paul-Gagné et Micheline-Goulet. L’amende pour le non-respect de l’arrêt obligatoire est de 100 $, plus des frais de 71 $ et trois points d’inaptitude sur le permis de conduire », explique Isabelle Gendron, porte-parole au Service de police de Sherbrooke. 

Elle ajoute que la contravention pour le non-respect des consignes d’un contrôleur s’élève à 200 $, en plus de frais de 114 $ et de quatre points d’inaptitude. « Nous n’avons pas de problèmes majeurs cette année. Nous voulons nous intéresser particulièrement à la sécurité des travailleurs et des utilisateurs des véhicules-flèches. Le flot de circulation était limité à cause des mesures liées à la COVID. Il faudra voir ce qui se passera dans les prochaines semaines avec le déconfinement. »

Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke, indique pour sa part que les mesures d’hygiène n’ont pour le moment pas entraîné de retards sur les chantiers. Elle travaille encore à chiffrer la valeur des investissements nécessaires pour assurer la sécurité de ses employés.

« Tous nos employés ont été formés par une équipe de santé et de sécurité. Nous sommes encore à nous adapter aux réalités du terrain, parce qu’à 30 degrés, les employés ont tendance à enlever leur masque. Avec les temps chauds, le couvre-visage n’est pas très intéressant. Nous avons plutôt opté pour des visières qui permettent à l’air de circuler. Nous pensons que ça rendra le travail plus tolérable, mais les mesures de santé et de sécurité devront être respectées. »

Le coût du matériel n’a pas été évalué pour le moment puisque la Ville cherche encore à connaître la durée de vie du matériel utilisé. 

Travaux sur King et Belvédère

En matière de travaux, un seul nouveau chantier est lancé cette semaine, pour porter le total de chantiers en cours à 15. Il s’agit de la réhabilitation de la conduite d’aqueduc de la rue King Est, entre les rues du Marché et Chamberland. Aucune excavation majeure n’est nécessaire même si on creusera aux deux extrémités du chantier. Les travaux de resurfaçage de la rue du Haut-Bois, dans le secteur Rock Forest, et la construction de la rue Antonio-Cameron, dans le parc industriel, prennent fin cette semaine.

Sur la rue Belvédère Sud, le marquage des nouvelles voies cyclables est amorcé. Les lignes sont tracées et les autres éléments de marquage seront ajoutés cette semaine. Les panneaux de signalisation, dont les interdictions de stationner, s’ajouteront la semaine prochaine. Les cyclistes peuvent donc d’ores et déjà circuler sur la bande cyclable, mais il n’est pas impossible que des véhicules soient encore stationnés en bordure de rue.

Selon Caroline Gravel, la Ville ne devrait par ailleurs pas connaître de problèmes d’approvisionnement liés à la COVID-19. Les chantiers démarrés sont ceux de l’aqueduc, où les conduites sont en PVC alors que les problèmes d’approvisionnement concernaient des conduites de béton. « Selon les derniers signaux, ils seront capables de fournir. »

Enfin, les citoyens sont invités à signaler les nids-de-poule qu’ils verront pour aider la Ville à les colmater.