La rue Pariseau a été encore une fois inondée en fin de semaine à la suite de fortes pluies.

La conduite de la rue Pariseau sera remplacée

Les dégâts constatés en fin de semaine sur la rue Pariseau dans l’arrondissement Fleurimont surviennent alors que la Ville de Sherbrooke vient de recevoir le feu vert pour la réfection de la conduite endommagée.

C’est l’explication que formule Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines de la Ville de Sherbrooke. « Nous étions en attente d’une subvention et nous l’avons reçue la semaine dernière », explique-t-elle.

À Lire aussi: D’autres dommages sur la rue Pariseau

« Il s’agit d’une conduite en acier ondulé qui était perforée. Nous devions nous rendre sur place régulièrement pour installer de la pierre au fond en attendant la subvention. Mais avec la pluie, la pression a été trop forte et la conduite a éclaté. »

Rappelons que pour une deuxième fois en quelques jours, la rue Pariseau a été inondée à la suite d’une averse. L’orage a eu le temps de transformer un terrain en piscine, en plus de briser davantage l’asphalte qui était déjà abîmé.

La Ville de Sherbrooke réagira promptement, note Mme Gravel. Dès mardi matin, les équipes de la voirie seront sur place. Une conduite de 30 mètres de long et d’un diamètre de 1,5 mètre prendra place. L’équipement sera plus résistant, dit-elle.

Les problèmes ne seront pas tout à fait réglés, car en amont et en aval, on devra remplacer d’autres conduites, ajoute Mme Gravel. 


À LIRE AUSSI:  Encore les deux pieds dans la boue

Rue du Chèvrefeuille

Concernant la boue remarquée dans le secteur de la rue Chèvrefeuille, Mme Gravel fournit aussi une explication. Au premier chef, elle fait remarquer que le chantier n’est pas l’œuvre de la Ville, mais bien d’un promoteur privé. 

Comme c’est le cas dans ce genre de développement résidentiel, il y a eu du déboisement. « Il devait y avoir un talus. Ce n’était pas le cas. Une fois le projet terminé, il va devoir y avoir un fossé bien fait pour ne plus que ça se reproduise. »

« Ça arrive quand le promoteur est en travail. Quand le chantier va être terminé, l’eau va aller dans une autre direction. »

La Ville supervise le travail de l’entrepreneur qui réalise le projet. Il a été d’ailleurs rencontré, précise la gestionnaire. 

Pour une deuxième fois en l’espace de quelques jours, des résidants voisins du prolongement de la rue des Quatre-Saisons ont vu la boue envahir leur terrain. En juin, des résidants de la rue du Chèvrefeuille avaient eu la même mauvaise surprise. Un coup de pelle mécanique avait occasionné un trou sur leur terrain. Depuis, chaque fois qu’il y a des averses, le terrain du couple s’inonde. 

Caroline Gravel explique que la présence de « l’eau rouge » remarquée dans le secteur peut être normale lorsqu’un chantier a lieu. Il ne s’agit pas d’un danger pour l’environnement.