La pandémie a eu un impact sur la popularité de la compensation carbone, mais certains projets ont quand même eu lieu tels que l’initiative de l’entreprise Evive Smoothie en juin.
La pandémie a eu un impact sur la popularité de la compensation carbone, mais certains projets ont quand même eu lieu tels que l’initiative de l’entreprise Evive Smoothie en juin.

La compensation carbone en baisse depuis la pandémie

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
La compensation carbone connaît un important ralentissement à cause de la Covid-19. « Depuis le début de la pandémie, on fonctionne vraiment au ralenti comparativement aux mois précédents et à l’an dernier donc l’engouement a été affecté. Dans un contexte d’incertitudes, où de nombreux foyers et entreprises ont connu des changements drastiques, les priorités doivent être révisées. Et l’environnement devient alors moins prioritaire », explique l’ingénieure forestière et coordonnatrice chez Compensation Co2 Québec Manon Ayotte.

L’année 2020 avait commencé avec une légère baisse alors que 4500 arbres avaient été plantés lors du premier trimestre comparativement à 5000 pour le même trimestre de 2019 et 2018. Les résultats se sont détériorés au deuxième trimestre de 2020 alors que la compensation carbone de l’entreprise de La Patrie a connu une chute de 65 pour cent comparativement à l’année précédente, soit seulement 1600 arbres mis en terre.

« Un important partenariat en développement devant permettre la mise en terre de plus de 18 000 arbres annuellement ne s’est pas concrétisé en raison de la COVID, Ce dernier avait nécessité beaucoup de temps de planification, les arbres avaient été réservés et ont donc été plantés… Quelques autres ententes n’ont pas pu se dérouler comme prévues car elles étaient liées à des événements qui ont été annulés », précise la coordonnatrice.

La compensation carbone avait pourtant connu une belle hausse de popularité au cours des deux dernières années. « En 2018, l’entreprise avait mis en terre plus de 18 500 arbres dont 13 300 entre octobre et décembre. En 2019, on avait connu une année record avec la mise en terre de 31 000 arbres », mentionne Mme Ayotte, ajoutant que pour soutenir la croissance, l’entreprise de La Patrie avait automatisé en 2019 la production des certificats et la gestion par site grâce à la refonte complète de notre site Internet.

En 2019, Compensation Co2 Québec avait été victime de l’engouement pour ses activités. « À partir des estimés de 2018 et ajustement en fonction de la demande, nous n’avions pas assez prévus d’arbres auprès des pépinières. La réserve de ces derniers doit se faire longtemps d’avance. Le reboisement ne se fait qu’au printemps. On doit donc toujours composer avec un décalage. Une personne ou entreprise qui compensait en juin 2019 devait attendre au printemps 2020 avant de voir son initiative effective, c’est-à-dire avoir un arbre en terre qui débute la captation du carbone », explique la coordonnatrice. 

En 2019, l’entreprise avait investi beaucoup d’efforts pour mettre en place des nouveaux partenariats avec les propriétaires privés. Des recherches d’arbres ont aussi été faites pour permettre de doubler la mise en terre en 2020 afin de faire face à la demande croissante, la pépinière habituelle ne pouvait pas fournir plus de plants. «On croyait atteindre 60 000 arbres en 2020», note Mme Ayotte.

« La situation et la reprise des initiatives de compensation par le boisement est à suivre pour les prochains mois », note Mme Ayotte, précisant que Compensation Co2 Québec a procédé cette semaine au reboisement d’un site en bordure d’autoroute à Sherbrooke. 

« Nos recherches avec la ville n’ayant pas donné de résultat, nous avons eu une belle collaboration du ministère des Transports. C’est un total de 400 arbres plantés pour ce projet initié par Raymond Chabot Grant Thornton au coin de l'autoroute 410 et du boulevard de l’Université », souligne l’ingénieure.

En juin, Evive Smoothie avait initié un projet visant l’établissement de 4875 arbres feuillus et résineux sur un site qui est localisé à Notre-Dame-des-Bois en Estrie. 

Étant donné que Compensation Co2 Québec avait des engagements avec des pépinières et des propriétaires de terrain, elle a reboisé de nombreux terrains au cours de 2020 à ses frais.