Un bar ouvert en 2004 au centre-ville de Sherbrooke, la Commission des liqueurs, a fermé ses portes.

La Commission des liqueurs ferme ses portes

Un bar ouvert il y a 15 ans au centre-ville de Sherbrooke, la Commission des liqueurs, vient de fermer ses portes.

L’annonce a été faite plus tôt cette semaine sur la page Facebook de l’établissement rue Meadow ayant lancé ses activités festives en mai 2004.

« C’est avec un brin de tristesse, mais avec le sentiment du devoir accompli que nous vous annonçons la fermeture de notre fantastique Commission des liqueurs », peut-on lire sur le web. 

« Quelle belle aventure ça aura été! On ne vous remerciera jamais assez pour ces 15 magnifiques années, ou vous nous avez permis de vivre dans un tourbillon de belles rencontres, de musique et d’amour », ajoute le texte signé par « Pierre-Louis et toute l’équipe de la Commission des liqueurs ».

L’annonce a provoqué des milliers de réactions sur la page Facebook. 

Cette fermeture survient dans les jours suivant une décision de la Régie des alcools, des courses et des jeux. On avait décrété une suspension du permis de vente d’alcool dans l’établissement pour une période de 13 jours à appliquer à partir du 28 avril.

La décision avait été prise à la suite de plaintes pour des actes de violence, de bruit et de consommation exagérée d’alcool ainsi que de publicité incitant à la consommation déraisonnable d’alcool. Joyce Tremblay, avocate responsable des communications à la Régie.

« Nous avions des rapports d’événements », explique-t-elle à La Tribune.

« C’est au corps policier de faire appliquer la suspension du permis. »

En 2004, la Commission des liqueurs se voulait « une évolution du concept du Liquor Store de la rue Dufferin », disaient les copropriétaires de l’établissement de « type européen où on sert de l’alcool à la bouteille de 8, 13 et 26 onces ». 

Le concept prévoyait que le client recevait « un cabaret où on retrouve de la glace, des verres, des fruits coupés, bref tout ce qu’il faut pour s’improviser barman avec ses amis », expliquait-on à l’époque.

On visait alors une clientèle âgée de 25 à 40 ans. Les photos placées sur la page Facebook montrent qu’elle a grandement rajeuni.

Il faut toutefois s’attendre à ce qu’un autre bar prenne place dans le local. 

« Il est temps pour nous de céder ce splendide espace à un nouveau groupe de jeunes entrepreneurs qui, nous l’espérons, saura vous divertir pour un autre 15 ans. Continuez d’aller encourager les commerçants de votre centre-ville et d’ailleurs », mentionne-t-on dans la publication Facebook. »

Selon Me Tremblay, de nouveaux titulaires du permis de vente d’alcool ont accepté les conditions imposées pour relancer le commerce. « Ils ont accepté de respecter les nouvelles conditions pour que tout se déroule bien à cet endroit », note-t-elle.

Il n’a pas été possible de discuter avec les anciens et nouveaux exploitants. Le numéro de téléphone trouvé sur le web n’a pas d’abonnée.