La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) somme la Ville de Sherbrooke d’effectuer des modifications à son plan de mesures d’urgence à la suite des inondations qui ont touché le garage municipal au début du mois de novembre.
La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) somme la Ville de Sherbrooke d’effectuer des modifications à son plan de mesures d’urgence à la suite des inondations qui ont touché le garage municipal au début du mois de novembre.

La CNESST somme la Ville d’améliorer ses pratiques

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) somme la Ville de Sherbrooke d’effectuer des modifications à son plan de mesures d’urgence à la suite des inondations qui ont touché le garage municipal au début du mois de novembre. Dans son rapport d’enquête, la CNESST laisse jusqu’au 16 décembre à la Ville pour apporter les correctifs demandés dans deux dérogations.

Maxime Boucher, responsable des communications pour la CNESST, confirme qu’une plainte avait été reçue d’un employé à la suite de l’inondation qui avait atteint le stationnement et le bâtiment du centre Jean-Charles Côté de la rue des Grandes-Fourches le 1er novembre.

« Nous demandons que soit révisé le plan des mesures d’urgence pour prendre en compte le niveau d’eau approprié pour déclencher une procédure générale d’alerte. Nous demandons aussi de réviser la procédure pour le transport des employés qui doivent être évacués », résume M. Boucher.

Le 1er novembre, un appareil de levage, une chargeuse sur roue qui sert principalement au terrassement, avait été utilisé pour transporter des employés. « Il faut que le transport soit sécuritaire, qu’il s’effectue à l’aide de matériel roulant ou de chaloupes. On peut parler par exemple de la présence de vestes de flottaison ou de rames de secours. Il faudra aussi déterminer le niveau d’eau qui laisse un temps de réaction adéquat pour la procédure générale d’évacuation. »

Dans le même sens, le CNESST rappelle que seuls les employés nécessaires à l’application des mesures d’urgence devraient être présents au garage municipal lors d’inondations. Les employés devront être informés et formés à la suite des modifications apportées par la Ville à son plan des mesures d’urgence.

La CNESST appréciera ensuite les modifications proposées.

La Commission n’a par ailleurs pas ouvert de dossier spécifique pour les moisissures qui pourraient être générées par l’inondation. « Mais lors de notre visite, des informations verbales ont été communiquées à l’employer sur le protocole à appliquer. À première vue, rien ne semblait achopper », rapporte Maxime Boucher.

Les demandes d’entrevues acheminées à la Ville de Sherbrooke ont été refusées. Il n’a pas été possible de savoir non plus si l’utilisation d’un appareil de levage était permise dans l’actuel plan d’évacuation de la Ville.