Depuis deux semaines, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS peut compter sur la collaboration des ambulanciers paramédicaux de la Coopérative des travailleurs d’Ambulance de l’Estrie pour venir leur donner un coup de main.
Depuis deux semaines, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS peut compter sur la collaboration des ambulanciers paramédicaux de la Coopérative des travailleurs d’Ambulance de l’Estrie pour venir leur donner un coup de main.

La cadence du dépistage continue de s’accélérer en Estrie

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
L’Estrie compte ce mercredi cinq nouveaux cas confirmés de COVID-19. Dans la dernière semaine (du 30 juillet au 5 août), c’est donc un total de 27 nouveaux cas qui se sont ajoutés en Estrie, principalement dans les réseaux locaux de services de Sherbrooke, de la Pommeraie et de la Haute-Yamaska (Granby et Bromont).

En même temps, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS continue d’accélérer la cadence quant au dépistage du coronavirus en Estrie.

À LIRE AUSSI : Des ambulanciers paramédicaux font passer le test de la COVID-19

Dans la semaine du 3 au 9 juillet, il y a eu 2619 tests de dépistage total.

Dans la semaine suivante (du 10 au 16 juillet), 3768 tests de dépistage total ont été effectués.

Du 17 au 23 juillet, 4042 Estriens ont subi le test.

Le nombre d’Estriens testés a finalement bondi à 4667 dans la semaine du 24 au 30 juillet.

Le centre désigné de dépistage (CDD) de Sherbrooke, qui est situé devant l’édifice du 500, rue Murray, fait donc face à un achalandage important, ce qui peut occasionner parfois des délais d’attente plus importants.

Depuis deux semaines, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS peut compter sur la collaboration des ambulanciers paramédicaux de la Coopérative des travailleurs d’Ambulance de l’Estrie pour venir leur donner un coup de main.

On sait qu’en période estivale, avec les vacances de son personnel, il est toujours difficile pour le CIUSSS de l’Estrie-CHUS de trouver suffisamment de personnel pour répondre aux nombreux besoins dans tous ses secteurs d’activités.

« Nous travaillons continuellement à trouver de nouvelles stratégies afin d’assurer la disponibilité du service à la population et subvenir à l’achalandage fluctuant dans les meilleurs délais. Puisque les paramédics sont déjà formés à intervenir de façon sécuritaire dans des milieux où la COVID-19 est susceptible d’être présente, ces ressources additionnelles sont un atout pour les différentes actions de dépistage mobile », indique Pascal Shannon, coordonnateur des services préhospitaliers d’urgence et responsable du dépistage mobile.

L’Estrie a connu quelques cas où les risques de transmission de la maladie étaient plus élevés ces dernières semaines, comme un cas dans un camp de jour, dans une équipe de soccer ou un match de hockey balle.

Ce sont toutefois les voyageurs qui sont dans la mire de la Direction de santé publique.

« Tout comme le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), la Direction de la santé publique de l’Estrie porte une attention particulière aux personnes qui reviennent de vacances, plus précisément celles qui pourraient s’être retrouvées dans des rassemblements de plus de 10 personnes. Nous invitons donc ces personnes à se présenter dans les centres de dépistage du territoire afin de passer un test, même si elles ne présentent pas de symptômes s’apparentant à la COVID-19. Si une personne a un doute, elle doit passer un test; le dépistage est un fort moyen de lutte à la COVID-19 », soutient le directeur de la Santé publique de l’Estrie, le Dr Alain Poirier.

Soulignons en terminant que le nombre de personnes décédées demeure stable à 26, alors qu’aucun malade de la COVID-19 n’a besoin d’être hospitalisé en ce moment dans les centres de soins désignés que sont l’Hôtel-Dieu et l’Hôpital Fleurimont de Sherbrooke.

Depuis le début de la pandémie au Québec en mars, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a testé 39 388 personnes, pour un pourcentage de cas confirmés de 2,3 %.

Voici un tableau du nombre de personnes infectées en Estrie depuis le début de pandémie.