Le candidat pour Québec solidaire dans Saint-François, Kévin Côté, compte notamment représenter à l’Assemblée nationale les organismes communautaires de sa circonscription s’il est élu lundi.

Kévin Côté mettrait de l'avant les organismes communautaires

En plus de rencontrer des élus, des travailleurs et des aînés tout au long de la campagne, Kévin Côté, candidat de Québec solidaire dans Saint-François, a été visiter plusieurs organismes communautaires. S’il est élu, il s’engage à aller voir un par un tous les organismes de son territoire pour connaître leurs besoins et les représenter à l’Assemblée nationale, en plus de leur remettre à chacun un don personnel symbolique.

« À Québec solidaire, on croit beaucoup aux organismes communautaires, on croit à leur mission, et on pense que c’est important de les financer à la hauteur de leur mission », a-t-il souligné samedi en marge de son bilan de campagne. « On sait que le travail des organismes permet d’économiser dans le système de santé et d’augmenter la qualité de vie des personnes plus vulnérables. »

L’idée du don symbolique est d’utiliser une partie de son argent personnel – pas de son budget discrétionnaire – pour aller à la rencontre de ces organismes et leur démontrer son soutien. M. Côté dit s’inspirer de la porte-parole du parti Manon Massé, qui fait quelque chose de semblable. « Je dis que c’est un don symbolique, parce que je sais que ce n’est pas uniquement la charité qui va faire fonctionner les organismes communautaires, mais bien une politique forte du gouvernement du Québec », a-t-il ajouté.

M. Côté s’est par ailleurs dit heureux de sa campagne, durant laquelle il a participé à six débats et donné de nombreuses entrevues pour « expliquer le projet de QS ».

Parmi les enjeux locaux qu’il retient, on retrouve le financement du Centre d’initiatives en agriculture de la région de Coaticook (C.I.A.R.C.), la rénovation de la piscine du Cégep de Sherbrooke, l’agrandissement de l’école primaire de Compton, les difficultés éprouvées dans le système de santé à Coaticook, le développement des pistes cyclables dans l’est de Sherbrooke ainsi que les enjeux relatifs à la gestion de l’offre.

« Les défis locaux sont nombreux, et je suis prêt à travailler pour y faire face », a-t-il résumé.

« On y croit vraiment »

Un sondage Léger/Le Journal de Montréal publié samedi indiquait que 32 % des électeurs âgés entre 18 et 34 ans comptaient voter pour Québec solidaire. Le parti devancerait ainsi la CAQ (27 %), le PLQ (22 %) et le PQ (16 %) pour cette tranche d’âge.

Selon le même sondage, QS récolterait 17 % du total des votes au scrutin de lundi, soit un score plus appréciable que le 9 % estimé en début de campagne.

Cette remontée surprend-elle le candidat dans Saint-François?

« Sur le terrain, depuis le mois de mars, je voyais surtout que les gens étaient très indécis. Les sondages [de début de campagne], je n’y ai jamais cru; c’était impossible qu’il y ait autant de gens qui appuient la CAQ, les gens étaient vraiment indécis. Depuis les débats, Manon Massé a vraiment fait un excellent travail, une campagne positive, et c’est ce que les gens ont beaucoup aimé, et on sent que beaucoup d’appuis se sont confirmés pour Québec solidaire », analyse M. Côté.

Une tendance qu’il assure ressentir dans la circonscription qu’il souhaite représenter. « Beaucoup de gens me disent que c’est possible, qu’ils vont voter Québec solidaire pour la première fois, et il y en a dans toutes les tranches d’âges », souligne-t-il.

« Depuis le départ, je m’implique à 100 % pour gagner. C’est vrai qu’en commençant on était derniers, et qu’on avait peu de chances de gagner, mais on y croit vraiment. Et si ce n’est pas aujourd’hui, comme disait René Lévesque, ce sera pour la prochaine fois », résume le candidat.