Kassandra Harpin subissait le contre-interrogatoire de son témoignage.
Kassandra Harpin subissait le contre-interrogatoire de son témoignage.

Kassandra Harpin est restée vague dans ses déclarations aux policiers

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
« J’aimais Ian et je ne voulais pas parler contre lui. J’étais déchirée avec le fait que je voulais parler. C’est vague. J’étais sous le stress. J’étais arrêté pour un meurtre. »

Mise en confrontation avec la déclaration assermentée qu’elle a faite à la suite de son arrestation pour le meurtre d’Héliodore Dulac en 2018, Kassandra Harpin a témoigné qu’elle était restée vague lors de son interrogatoire sur les évènements de la fin de semaine du 1er juin 2018.

La femme de 31 ans poursuivait, jeudi, son témoignage au procès de Ian Bélanger qui est accusé du meurtre au deuxième degré d’Héliodore Dulac à Milan le 3 juin 2018.

Menottes aux pieds, elle a répondu aux questions du contre-interrogatoire mené par l’avocat chargé de la défense de Ian Bélanger, Me François Gauthier, au palais de justice de Sherbrooke.

« Je n’ai pas tout dit. Il y a certains détails qui m’ont échappé. J’étais mélangée. Je n’étais pas dans un état serein de dévoiler quelque chose. J’étais déchirée, de là l’incohérence de certaines réponses » , a justifié Kassandra Harpin.

Cette dernière reconnait avoir fait une déclaration écrite aux enquêteurs de la SQ le 6 juin 2018 avant son arrestation, avoir été interrogée le 7 septembre 2018 à la suite de son arrestation puis d’avoir fait une déclaration assermentée ainsi que d’avoir signé un énoncé des faits lors de son plaidoyer de culpabilité en août 2020.

Élément déclencheur

Kassandra Harpin n’est pas en mesure d’identifier l’élément déclencheur où Ian Bélanger a commencé à frapper Héliodore Dulac. Le témoin ne peut confirmer que Héliodore Dulac avait donné un coup à Ian Bélanger

« Je ne peux l’affirmer. Je ne l’ai pas vu », soutient Kassandra Harpin.

Elle est affirmative que sur le fait que Ian Bélanger a frappé Héliodore Dulac sur le patio à l’extérieur de la résidence.

« Je n’ai aucun souvenir des images où Ian est en train de le frapper », précise Kassandra Harpin qui ne se souvient pas ce qu’elle faisait dans la résidence pendant ce temps. 

Elle confirme n’avoir rien fait pour aider Héliodore Dulac même si c’était un homme qu’elle appréciait.

Kassandra Harpin affirme qu’elle a nettoyé les taches de sang dans la résidence du chemin de la Yard afin que Héliodore Dulac n’ait pas à le faire ultérieurement.

« J’ai toujours eu en tête qu’il allait revenir chez lui », témoigne la femme de 31 ans.

Elle a barré les portes de la maison et est sortie par le deuxième étage de la résidence pour éviter que le septuagénaire se fasse voler.

Elle témoigne qu’elle a quitté les lieux.

Kassandra Harpin conduisait son véhicule avec Héliodore Dulac dans le coffre arrière et Ian Bélanger à ses côtés pour se rendre à un endroit qu’elle ne peut identifier, mais qui est appelé « Chez le vieux rat » lorsque Ian Bélanger lui a dit : « Là il faut que je t’enterre ».

L’avocat de la défense lui a fait remarquer qu’elle n’avait jamais révélé ce détail dans ses déclarations.

« Je ne voulais pas le dire. C’est quelque chose que j’avais gardé pour moi. J’étais mitigée. Je croyais vraiment aimer Ian. Je savais qu’il allait voir ces vidéos-là. J’ai omis de dire certaines informations par peur. C’est assez énorme comme information. J’étais mêlée dans mes émotions », a témoigné Kassandra Harpin, qui confirme qu’elle n’a jamais reçu d’autres menaces de la part de Ian Bélanger.

L’avocat de la défense Me François Gauthier a contre-interrogé Kassandra Harpin au procès de Ian Bélanger.

Pensées suicidaires

Kassandra Harpin connaissait les pensées suicidaires d’Héliodore Dulac avant la fin de semaine de son décès en juin 2018. Elle avait enlevé une corde accrochée à un arbre et une chaise pour y accéder près de sa résidence. Elle n’avait jamais parlé de cette situation à qui que ce soit et n’avait jamais entendu Héliodore Dulac avoir de telles pensées suicidaires avant la fin de semaine du 1er juin 2018.

Kassandra Harpin était en rechute de la consommation de drogue, marijuana et cocaïne, ainsi que de l’alcool à cette période où elle s’est rendue chez Héliodore Dulac en compagnie de Ian Bélanger.

Kassandra Harpin a été condamnée à 54 mois de prison pour son implication dans le meurtre d’Héliodore Dulac.