Youri Blais-Skorvaga

Youri Blais-Skorvaga plaide coupable

Détenu depuis le début avril après avoir fui pour une deuxième fois un centre de thérapie où il avait été remis en liberté sous conditions, Youri Blais-Skorvaga a réglé ses comptes avec la justice.
Devant le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec, il a reconnu une fraude de moins de 5000 $, des méfaits, un voie de fait simple, la possession simple de cannabis et des bris de conditions.
Accusé à l'automne 2016, Youri Blais-Skorvaga a fait faux bond au centre de thérapie à deux reprises en novembre 2016 puis en janvier 2017.
Après sa deuxième fuite, le tribunal avait refusé de le remettre en liberté.
Dans son dossier principal, Blais-Skorvaga a reconnu jeudi avoir soutiré un montant de moins de 5000 $ à une personne âgée de son entourage.
Il effectuait des commissions pour elle, mais en profitait pour garder des sommes sans le consentement de la victime en effectuant des retraits plus importants que ce qui lui était autorisé.
Une ordonnance de non-publication de la victime dans cette affaire empêche de révéler son identité.
Au début novembre 2016, le tribunal lui avait fait confiance en le remettant entre les mains d'une maison de thérapie. Blais-Skorvaga avait pris la fuite une première fois.
Les gestes qu'il a reconnus sont survenus entre janvier 2014 et juillet 2016.
Bien connu des milieux policiers, l'homme de 25 ans possède des antécédents en matière de stupéfiants, harcèlement et bris de probation.
L'avocat de la défense Me Christian Raymond et la procureure aux poursuites criminelles Me  Nathalie Robidoux ont présenté une suggestion commune au juge Dunnigan.
Youri Blais-Skorvaga devra purger une peine de 18 mois de détention dans la collectivité. Il sera assigné 24 heures par jour à son domicile pour les neuf premiers mois et respecter un couvre-feu par la suite.
Une probation de deux ans lui a été imposée. Lors de cette période, il devra se soumettre à toute thérapie que lui imposera son agent de probation pour traiter sa dépendance.