À la caserne, les pompiers de Sherbrooke peuvent en tout temps consulter des documents concernant l’intervention pour les véhicules électriques ou hybrides. Sur la photo, Michel Marchesseault et Yassine El Hajami, tous deux lieutenants-instructeurs au Service de protection contre les incendies de la Ville de Sherbrooke.

Voitures électriques : les pompiers sont prêts

On peut penser sans se tromper qu’il y aura de plus en plus d’accidents impliquant des véhicules électriques sur les routes du Québec. Cette nouvelle réalité a donc un impact direct sur le travail des premiers répondants. Les pompiers de Sherbrooke ont toutefois déjà pris de l’avance et sont formés pour sauver des vies lors de ce type d’intervention.

Le voltage pour un véhicule électrique tourne autour de 400 volts. Pour les autobus hybrides de la STS, il est de plus de 600 volts. Les dangers sont donc bien réels lors d’une intervention de sauvetage surtout lorsque les pinces de désincarcération sont nécessaires, confirme Michel Marchesseault, lieutenant-instructeur au Service de protection contre les incendies de la Ville de Sherbrooke. En arrivant sur le lieu d’un accident, les pompiers vont d’abord couper le contact, caler le véhicule pour s’assurer qu’il ne bouge pas puis couper la batterie 12 volts pour faire ouvrir les relais sur la batterie haute tension.

À lire aussi: Les garagistes emboîtent le pas

L’électrification des taxis en péril

« Les systèmes sont censés se désactiver, mais il faut toujours tenir pour acquis qu’il y a du courant dans le fil, mentionne M. Marchesseault. S’il n’y en a pas, tant mieux, mais avec l’impact et le déploiement des coussins gonflables, ça peut être endommagé. On pense à la sécurité des gens, mais il faut penser à la sécurité des intervenants pour ne pas empirer une situation. »

« Il y a des endroits où ne peut pas faire de coupe pour sortir quelqu’un, ajoute-t-il. Mais c’est quand même fait d’une bonne façon pour les premiers répondants. Les fils dans un véhicule électrique ou hybride seront souvent centrés en dehors des zones de coupe standard. »

Couper le courant?

Les véhicules électriques possèdent à peu près tous un dispositif pour couper le courant. Ce n’est toutefois pas la première option des pompiers.

« Ces dispositifs sont parfois sous les sièges, dans la console ou dans la valise. Le véhicule est accidenté, ce n’est pas tout le temps accessible, indique Michel Marchesseault. Quand il y a une vie en jeu, les principes de base pour la survie de la personne demeurent les mêmes. Suite à un impact, on veut que la personne soit à l’hôpital à l’intérieur d’une heure. Il faut se rendre sur les lieux, stabiliser l’auto, sécuriser notre scène, faire des manœuvres de désincarcération, sortir la personne en plus du transport des ambulanciers. Évidemment on ne veut pas engendrer des délais supplémentaires en retirant un siège par exemple. »

L’électrolyte qui s’écoule des batteries peut aussi constituer un danger pour les pompiers, mais c’est surtout des anodes sèches qui composent les batteries.

« Il peut y avoir un peu d’électrolyte qui peut être corrosif, toxique et inflammable, résume M. Marchesseault. Il faut faire attention, mais ce sont de petites quantités. »

À la caserne, les pompiers de Sherbrooke peuvent en tout temps consulter des documents concernant l’intervention pour les véhicules électriques ou hybrides. Sur les lieux de l’accident, les pompiers ont également un document de référence pour rapidement identifier la marque du véhicule impliqué et voir où sont les systèmes électriques et comment les désactiver.

Sous le capot

Une batterie haute tension endommagée peut prendre feu jusqu’à 22 heures après l’accident. Les remorqueurs sont même avertis de garder l’auto à l’écart des autres véhicules pour éviter les incendies;

Les composantes du système électrique sont isolées du châssis. Il n’y a donc pas de risque d’électrocution en touchant l’extérieur du véhicule. Il n’y a aussi en théorie aucun danger d’électrocution si un véhicule est submergé;

Dans le cas d’un incendie, les pompiers peuvent sans danger arroser un véhicule électrique;

Un véhicule électrique ou hybride ne fait pas de bruit, les pompiers n’entendent donc pas si le moteur est en marche en arrivant sur les lieux d’un accident;

Les pompiers de Sherbrooke ont également été formés pour intervenir si un autobus hybride de la STS est impliqué dans un accident. 

Branchez-vous revient en Estrie

L’événement Branchez-vous qui permet l’essai gratuit de modèles de véhicules hybrides rechargeables ou entièrement électriques sera de retour à Sherbrooke les 17 et 18 mai. L’an dernier six concessionnaires automobiles de Sherbrooke avaient collaboré afin de donner l’occasion aux citoyens de faire l’essai d’un véhicule rechargeable. Parmi les modèles disponibles, on retrouvait des Chevrolet Volt, des Hyundai Ioniq EV, des Nissan Leaf, une BMW i3 et même une Tesla modèle X prêtées par des bénévoles. Cette initiative, soutenue par le Gouvernement du Québec et Hydro-Québec, est menée par l’Institut du véhicule innovant en partenariat avec la Ville de Sherbrooke.