Blessing Dugbeh restera détenu en attendant son enquête sur remise en liberté.

Viols collectifs : deux autres individus arrêtés

Deux autres individus sont accusés d’avoir participé à des viols collectifs survenus au cours des derniers mois à Sherbrooke.

Le nombre de victimes alléguées passe aussi d’une à trois adolescentes qui auraient subi ces gestes sexuels non consensuels.

Le service des crimes majeurs de la Sûreté du Québec et le Service de police de Sherbrooke ont poursuivi leur rafle afin de limiter ces cas d’agressions sexuelles sur des mineurs au cours des dernières heures.

Ces deux individus, qui auraient des liens avec le quatuor arrêté en début de semaine qui a été accusé d’agression sexuelle en groupe et de production de pornographie juvénile, ont été arrêtés jeudi soir à Sherbrooke.

La procureure aux poursuites criminelles, Me Marie-Ève Phaneuf

Les deux nouveaux accusés dans cette affaire auraient tenté d’intimider les plaignantes au dossier au cours des derniers jours.

Seul accusé majeur au moment des événements allégués, Blessing Dugbeh, 20 ans, a été accusé d’agression sexuelle en groupe sur une personne de moins de 16 ans, vendredi, au palais de justice de Sherbrooke. Au moment des faits allégués, Dugbeh aurait participé à l’agression sexuelle en groupe avec l’autre individu arrêté, jeudi, qui est maintenant majeur, et de deux autres mineurs arrêtés en début de semaine.

Les quatre individus ont comparu sur cette nouvelle accusation de viol collectif qui serait survenu le 12 février 2017.

Des accusations de contacts sexuels et d’incitation à des contacts sexuels ont aussi été portées contre lui. La plaignante dans cette affaire n’est pas la même que celle impliquée lors de l’événement judiciarisé en chambre de la jeunesse en début de semaine.

La procureure aux poursuites criminelles, Me Joanie Trudel

Des chefs de menaces de mort et de harcèlement envers des témoins ont été déposées contre Dugbeh pour des gestes commis, jeudi.

L’autre individu arrêté, jeudi, ne peut être identifié parce que des dossiers en chambre de la jeunesse ont été autorisés contre lui.

Il est accusé d’agression sexuelle en groupe pour l’événement du 12 février 2017.

Au tribunal adulte, l’individu de 19 ans est accusé d’agression sexuelle et d’incitation à des contacts sexuels sur une autre adolescente de moins de 16 ans le 1er juillet 2017. Cette plaignante aurait aussi subi des gestes semblables entre le 1er janvier et le 1er mars 2018 et des voies de fait entre le 1er juillet et le 1er août 2017.

Cet individu est aussi accusé de harcèlement envers une plaignante entre février et avril 2018 afin qu’elle ne témoigne pas contre lui. « Le ministère public considère que la détention de ces deux individus est nécessaire pour protéger tant la sécurité du public que celles des victimes et des témoins impliqués dans ces diverses infractions et pour ne pas miner la confiance du public envers l’administration de la justice étant donné la gravité des infractions et des circonstances de ces infractions », explique la procureure aux poursuites criminelles Me Marie-Ève Phaneuf.

Me Alexandre Fleurent de l’aide juridique et Me Mélissa Gilbert ont fixé l’enquête sur remise en liberté des accusés au 23 avril prochain.