Viol collectif: un accusé se retrouve sans avocat

SHERBROOKE - L'enquête préliminaire de l'un des accusés des agressions sexuelles en groupe commises à Sherbrooke pourrait se dérouler sans avocat de la défense.

L'accusé de 18 ans était de retour devant le tribunal, mercredi, au palais de justice de Sherbrooke.

Lire aussi: Quatre jeunes hommes arrêtés pour le viol de trois adolescentes

«Vous auriez tout intérêt à vous trouver un avocat», a suggéré le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec à l'intention du détenu.

Un avocat de Drummondville a été désigné par le tribunal pour procéder au contre-interrogatoire de la plaignante au dossier lors de l'enquête préliminaire prévue le 27 juin prochain. Il n'a cependant pas accepté le mandat de le défendre.

«J'ai communiqué avec Me Beaulieu et il sera disponible pour procéder au contre-interrogatoire», a expliqué la procureure aux poursuites criminelles Me Marie-Ève Phaneuf.

L'individu de 18 ans contestera les huit chefs d'accusation portés contre lui dans le cadre de son enquête préliminaire.

Il est accusé d'agression sexuelle en groupe pour l'événement du 12 février 2017 en chambre de la jeunesse.

Au tribunal adulte, l'individu de 18 ans est accusé d'agression sexuelle et d'incitation à des contacts sexuels sur une autre adolescente de moins de 16 ans, le 1er juillet 2017. Cette plaignante aurait aussi subi des gestes semblables entre le 1er janvier et le 1er mars 2018 et des voies de fait entre le 1er juillet et le 1er août 2017. 

En plus des gestes à caractère sexuel sur des mineurs, il est accusé d'avoir tenté d'intimider les plaignantes au dossier entre février et avril 2018.

Deux témoins devraient être entendus et il y aura audition d'une vidéo d'une heure.

Un interdit de contact complet a été émis avec les plaignantes, les témoins potentiels et les autres accusés.

Sa remise en liberté lui a été refusée.