Sylvain Longpré à l'avant et Christian Longpré sont accusés d'importation illégale de nicotine liquide.

Vaporium et les frères Longpré réclament un procès

Accusés dans une affaire d'importation illégale de nicotine liquide au Canada, les frères Christian et Sylvain Longpré de même que l'entreprise Vaporium subiront un procès.
De retour au tribunal, jeudi, pour plaider coupable, Christian Longpré a fait volte-face et a demandé une date de procès.
Christian Longpré, qui était le vice-président de l'entreprise Vaporium dont la boutique était située aux Galeries 4 - Saisons, est accusé de gestes qui seraient survenus le 6 janvier 2015 au poste frontalier de Stanstead.
Son frère Sylvain Longpré, qui présidait l'entreprise Vaporium de Sherbrooke, a aussi réclamé des dates de procès.
Si dans le cas de Christian Longpré, il s'agit d'un événement ponctuel, pour Sylvain Longpré et son entreprise, le procès pourrait être beaucoup plus long.
Sylvain Longpré et l'entreprise Vaporium sont accusés d'avoir introduit ou tenté d'introduire illégalement des marchandises passibles de droits ou dont l'importation est prohibée. Les événements se seraient déroulés au poste frontalier d'East Hereford à une quinzaine de reprises sur une période de huit mois.
Le procureur aux poursuites criminelles fédéral Me Frank D'Amours a annoncé au tribunal, jeudi, qu'environ 35 témoins pourraient être appelés à la barre.
Deux semaines de procès
Pour le moment, deux semaines pourraient être nécessaires pour la tenue de ce procès d'autant plus que Sylvain Longpré entend se représenter sans avocat.
« Je veux procéder seul, mais en obtenant l'avis de certains avocats », a mentionné au tribunal Sylvain Longpré.
Le dossier de Vaporium et deux de ses anciens administrateurs s'étire devant le tribunal parce qu'il n'y a pas de précédent concernant les accusations en matière d'importation de nicotine liquide au Canada.
L'entreprise Vaporium se spécialisait dans la distribution de cigarettes électroniques et la fabrication de liquides aromatisés nécessaires à leur utilisation.
Vaporium et son président Sylvain Longpré font face à quatre accusations pénales en vertu de la Loi sur les douanes. Entre le 21 novembre 2013 et le 9 juin 2014, des indications fausses ou trompeuses auraient été fournies lors de l'importation de nicotine liquide au Canada.
Sylvain Longpré aurait aussi fait des déclarations trompeuses et tenté d'introduire illégalement de la nicotine liquide au Canada par le poste frontalier de Stanstead.
80 litres
La quantité en cause est estimée à environ 80 litres de nicotine liquide.
Selon Santé Canada, les cigarettes électroniques, y compris la nicotine liquide, sont visées par la Loi sur les aliments et drogues et de ce fait, doivent être homologuées par Santé Canada avant d'être importées, annoncées ou vendues au Canada. Leur importation au pays, tout comme l'annonce ou la vente, serait illégale.
Le procès dans cette affaire devrait être fixé lors du retour du dossier devant le tribunal le 17 juillet prochain.
« Soyez assurés que le dossier sera fixé d'ici là en 2017 » a indiqué le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.