Une mère accusée d'abus sexuels sera évaluée en psychiatrie

Une femme de Magog accusée de gestes à caractère sexuel sur sa fille pourrait subir une évaluation psychiatrique.
Son avocat Me Jean Leblanc a indiqué, mercredi, au tribunal qu'il était en attente d'un mandat de l'aide juridique relative à cette évaluation dont l'objectif doit cependant être précisé.
L'accusée a comparu une première fois en décembre 2016 dans cette affaire. Elle ne peut être identifiée pour ne pas identifier la victime.
Cette mère de famille aurait profité des bains qu'elle donnait à sa fille pour assouvir ses bas instincts. Le père de l'enfant était absent lors des gestes que la mèreest accusée d'avoir commis.
Elle aurait fait des attouchements aux parties génitales de sa fille sur une période de quatre ans.
Des accusations d'agression sexuelle et de contacts sexuels entre janvier 2001 et décembre 2005 ont été portées.
Les gestes dont la mère est accusée auraient été commis en 2003, alors que sa fille était âgée entre 4 et 8 ans.
L'enfant a été retirée de son milieu familial en bas âge.
La victime a fait une déclaration aux enquêteurs de la Régie de police Memphrémagog alors qu'elle avait 18 ans. Divers interdits de contacts empêchent l'accusée d'entrer en contact avec la victime alléguée.
C'est Me Stéphanie Landry qui représente le ministère public dans cette affaire.
Le dossier a été remis au 28 juin 2017.