Évelyne Monast

Une Sherbrookoise jugée dangereuse manque à l’appel

Possédant une feuille de route criminelle étoffée, Évelyne Monast manque à l’appel depuis dix jours.

Ce qui fait craindre aux autorités, c’est qu’elle est partie sans donner de nouvelle sans ses effets personnels ni sa médication.

Lire aussi: L'évaluation psychiatrique d'Évelyne Monast prolongée de deux semaines

Évelyne Monast reconnue non criminellement responsable pour troubles mentaux

« Mme Monast est diagnostiquée schizophrène et lorsqu’elle ne prend pas sa médication, elle peut être dangereuse pour elle-même et autrui », signale le communiqué de disparition émis par le Service de police de Sherbrooke.

En septembre 2015, Évelyne Monast a été reconnue non criminellement responsable pour troubles mentaux des vols qualifiés perpétrés dans l’ouest de Sherbrooke.

Après un séjour en détention en 2011, Évelyne Monast est réapparue dans le système judiciaire en juillet 2015.

Lors des gestes reprochés, Évelyne Monast a tenté de voler un premier sac à main à une femme croisée sur la rue McManamy. La femme a croisé une deuxième dame à l’angle des rues Craig et McManamy. Elle a réussi à voler le sac à main à cette deuxième personne en la frappant au visage. Le sac à main volé a été retrouvé dans le logement d’Évelyne Monast.

À la lumière du rapport psychiatrique préparé dans ce dossier, le juge avait conclu que son état mental était sévèrement perturbé en raison de sa schizophrénie non traitée. Évelyne Monast avait cessé de prendre sa médication depuis plusieurs mois lorsqu’elle a posé les gestes. « Elle présentait alors une désorganisation avec agressivité, des hallucinations auditives, de la méfiance et un sentiment de persécution. Son contact avec la réalité était alors perturbé et ses gestes ont été influencés par ses perceptions délirantes. Évelyne Monast n’était pas capable de distinguer le bien du mal et de faire un choix rationnel en raison de sa maladie mentale décompensée », avait expliqué la Dre Karine Forget du CHUS dans son rapport psychiatrique.

En mai 2011, Évelyne Monast avait attaqué avec une brique un père de famille qui circulait sur la rue Papineau avec son fils dans une poussette. Elle avait alors été condamnée à 15 mois de prison.

Évelyne Monast a été vue pour la dernière fois le 2 avril dernier un peu avant 10 h.

Ce n’est pas la première fois qu’elle quitte son domicile sans préavis. Elle a déjà été retrouvée dans la région de Québec.

Évelyne Monast mesure six pieds, un pouce et pèse 195 livres. Elle a les yeux et les cheveux bruns.