Geneviève Trudel s’est fait voler tout son matériel de photographie, mardi après-midi, à son domicile de Grand-Mère.

Une photographe se fait voler 20 000 $ d’équipement

SHAWINIGAN — La photographe professionnelle Geneviève Trudel, de Shawinigan, a eu la pire surprise de sa vie lorsqu’elle est rentrée chez elle, mardi après-midi. Un voleur venait juste de lui dérober tout son matériel, d’une valeur de près de 20 000 $.

Mme Trudel affirme même avoir croisé et salué le cambrioleur, alors qu’il quittait son domicile, vers 15 h. «Il m’a dit qu’il m’avait livré ma commande de Goodfood, explique-t-elle. J’ai trouvé ça un peu étrange, parce que d’habitude, c’est une compagnie de livraison de colis qui me l’amène, mais c’est déjà arrivé que ce ne soit pas le cas. Je l’ai cru et je lui ai même dit merci!»

Une fois arrivée devant la porte de sa maison, située dans le secteur Grand-Mère, la photographe bien connue dans la région a vite remarqué que quelque chose clochait, puisque le système d’alarme était désamorcé. En entrant, elle a vu des signes lui indiquant clairement qu’un intrus était entré chez elle, en ne prenant guère soin de son mobilier.

«J’ai regardé partout dans la maison, mais on ne m’avait rien pris, relate-t-elle. C’est en arrivant à mon bureau que le cœur m’a arrêté. J’ai vu qu’il était parti avec mes sacs à dos dans lesquels je range tout mon matériel pour la photo.»

Selon Mme Trudel, le voleur s’apprêtait probablement à revenir dans la maison pour lui voler également son ordinateur. L’homme, qu’elle croit dans la trentaine, portait des vêtements foncés lorsqu’elle l’a croisé. Il est reparti à bord d’une camionnette Ford F-150 de couleur noire, un modèle de 2010 ou plus récent.

La photographe a immédiatement averti la police, à qui elle a donné la description du suspect, celle du véhicule et la liste du matériel dérobé.

Collègues généreux

Geneviève Trudel se retrouve donc sans le matériel dont elle a besoin pour gagner sa vie, à quelques jours d’un contrat. Après avoir contacté sa cliente pour lui annoncer la mauvaise nouvelle, la photographe a publié un message sur Facebook pour demander à son réseau de surveiller les équipements de photographie qui seraient mis en vente à petit prix sur Internet, ou encore chez les prêteurs sur gages de la région.

La publication de Mme Trudel lui a bien sûr attiré des messages de soutien, mais également des offres auxquelles elle ne s’attendait pas. Des collègues ayant eu vent de son infortune lui ont offert de lui prêter leur équipement en attendant que la police retrouve le sien ou que ses assurances lui permettent de le racheter.

«Facebook, des fois on en voit le pire, mais d’autres fois, on en voit le meilleur, reconnaît Mme Trudel. J’ai un ami photographe qui m’a dit de passer chez lui et de prendre tout ce dont j’avais besoin pour mon contrat de samedi et ce n’est pas le seul. Il y a même un photographe amateur qui m’a offert de me dépanner!»

Malgré les émotions vécues cet après-midi, la photographe tente de relativiser les impacts du vol qu’elle a subi.

«C’est juste du matériel. C’est plate parce que ça va être du trouble de tout racheter, mais c’est moins pire que s’il était parti avec mon ordinateur, sur lequel j’ai tout mon travail, tout ce que j’ai fait à travers les années. C’est aussi moins pire que s’il avait saccagé ma maison, là je pense que j’aurais capoté!»