Le corps de Thomas Cameron, 18 ans, a été découvert samedi soir vers 21 h 30 au parc Adrien-Cambron, dans l’est de Sherbrooke. Son corps portait plusieurs traces de violence. Un hélicoptère de la SQ avait survolé le parc dimanche après-midi afin de prendre des photographies aériennes du site où le jeune homme a été retrouvé sans vie.

Une peine d'adulte pour l'adolescent accusé du meurtre de Thomas Cameron?

La procureure de la Couronne impliquée dans le dossier du meurtre de Thomas Cameron, Me Nathalie Robidoux, a demandé que l’adolescent de 17 ans accusé du meurtre de premier degré soit assujetti à une peine pour adulte.

Me Robidoux a déposé un avis à cet effet jeudi, lors de la comparution de l’adolescent au palais de justice de Sherbrooke devant la juge de la Chambre de la jeunesse Lise Gagnon.  

À lire aussi : un adolescent accusé de meurtre au premier degré 

« Je regarde les circonstances, la gravité objective du délit qui est porté et l’âge de l’accusé principalement, note Me Robidoux. C’est-ce qui m’amène à déposer l’avis. Si l’accusé est trouvé coupable, le ministère avise d’ores et déjà qu’il demandera une peine pour adulte. »

« Évidemment on a un fardeau de preuve par prépondérance de probabilité à faire, poursuit-elle. L’esprit de la loi est qu’un jeune a généralement une responsabilité morale moindre qu’un adulte. La preuve qu’on doit faire, c’est que la responsabilité moindre ne s’applique pas pour l’accusé. »

La peine maximale pour un mineur est de 10 ans pour un meurtre au premier degré. Si l’accusé reçoit une sentence d’adulte, il pourrait écoper de prison à vie.

« Au sujet de la libération conditionnelle, il y a quand même des distinctions à faire pour un jeune âgé de 17 ans. Il serait admissible après 10 ans plutôt qu’après 25 ans », précise Me Robidoux.

Dans les circonstances d’un tel avis, l’accusé se voit offrir trois options pour son jugement : il peut être jugé devant un juge de la Cour du Québec en Chambre de la jeunesse, devant la Cour supérieure seule ou devant un juge et jury.

L’adolescent, qui est représenté par Me Kim Dingman, ne s’est pas encore prononcé sur son choix de procès. Il devra revenir le 14 août en cour pour fixer la date de son enquête sur remise en liberté.

Au Québec, il est décrété qu’un jeune de 16 ans et plus peut faire l’objet d’un avis d’assujettissement à une peine pour adulte. « Si on ne le fait pas, il faut le justifier. Dans ce cas, j’estime que l’avis doit être déposé », commente la procureure de la Couronne.

Celle-ci s’oppose toujours à la remise en liberté des deux accusés.

Me Nathalie Robidoux

Complice 

La jeune fille de 15 ans qui est accusée d’avoir été sa complice après les faits a également comparu jeudi avant-midi. Toujours détenue, elle devra également retourner en cour le 14 août pour fixer la date de son enquête sur remise en liberté. Me Karine Poliquin la représente.

Rappelons que le corps de Thomas Cameron, 18 ans, a été découvert samedi soir vers 21 h 30 au parc Adrien-Cambron, dans l’est de Sherbrooke. Le décès du jeune homme a été constaté après son transfert à l’hôpital. Son corps portait plusieurs traces de violence. Un hélicoptère de la SQ avait survolé le parc dimanche après-midi afin de prendre des photographies aériennes du site où le jeune homme a été retrouvé sans vie.

Le Service des enquêtes sur les crimes contre la personne de la Sûreté du Québec ainsi que le Service de police de la Ville de Sherbrooke mènent une enquête commune dans ce dossier.

La victime, Thomas Cameron.