Une juge reproche à un cannabiculteur d'avoir «bousillé» la vie de jeunes gens

«Les vies de jeunes sont bousillées à la suite de la consommation de substances que vous avez contribué à mettre sur le marché.»
La juge Marie-Josée Ménard de la Cour du Québec tenait à rappeler que le comportement de Paul Côté-Bérard, qui a produit du cannabis à son domicile de Sherbrooke, est inacceptable.
La magistrate l'a condamné à six mois de prison.
L'individu a plaidé coupable, mardi, au palais de justice de Sherbrooke à des accusations de production de cannabis et de possession de cannabis dans le but d'en faire le trafic entre janvier 2012 et juin 2014.
Lorsque le Service de police de Sherbrooke (SPS) est débarqué au domicile de Bérard-Côté en juin 2014, les policiers ont saisi 136 plants de cannabis.
C'était un autre individu qui était à la base visé par cette enquête.
Des discussions entre le procureur aux poursuites criminelles Me Andy Drouin et l'avocate de la défense Me Célina Saint-François ont permis d'en arriver à une suggestion commune à la suite d'un plaidoyer de culpabilité.
Invité à s'adresser au tribunal, l'accusé a simplement mentionné qu'il regrettait les gestes.
La juge Ménard lui a rappelé que les conséquences sur la vie d'autrui que pouvait avoir le type de production qu'il effectuait.