Selon Ambulances de l’Estrie, les accidents à la paroi du lac Larouche sont assez fréquents, si bien que son personnel doit intervenir deux ou trois fois par année pour secourir des personnes blessées.

Une grimpeuse reçoit une roche de 40 livres sur la tête

Une roche poussée accidentellement par une grimpeuse à la paroi du lac Larouche à Saint-Denis-de-Brompton, mardi après-midi, a causé de graves blessures à une jeune femme qui se trouvait plus bas.

La femme de 27 ans de la Rive-Sud de Montréal a subi un traumatisme crânien sérieux et repose dans un état critique au CHUS.

Viatka Sundborg se trouvait à quelques mètres de la jeune femme, qui portait un casque et qui assurait la grimpeuse.

« Nous avons entendu crier ‘‘roche! ’’ Sans que personne n’ait eu le temps de réagir, la roche a frappé la fille directement sur la tête. Elle est tombée inconsciente », explique Viatka Sundborg, qui a prodigué les premiers soins à la victime.


« Même si elle avait un casque, elle s’est mise à saigner. »
Viatka Sundborg

Elle estime que la roche qui est tombée directement sur la tête de la victime d’une hauteur d’au moins 15 mètres, soit une cinquantaine de pieds, pouvait peser une quarantaine de livres.

« Même si elle avait un casque, elle s’est mise à saigner. Elle avait une plaie sur le crâne et le sang d’une hémorragie interne sortait par ses oreilles. Elle était vraiment mal en point. Elle vacillait entre la conscience et l’inconscience », mentionne le témoin de cette affaire qui a veillé sur la jeune femme en attendant les secours.

« Pas la première fois »

Les premiers répondants ont mis environ 30 minutes à se rendre sur place.

« Ce qui m’inquiète, c’est que les premiers répondants ont dit que ce n’était pas la première fois qu’ils venaient à la paroi Larouche pour ce type d’incident. C’est un endroit qui est quand même très fréquenté », signale Viatka Sundborg.

Après le départ de la victime, elle est restée sur place couverte du sang de la victime.

« La fille qui était en haut de la paroi et qui a poussé la roche était en état de choc », indique Viatka Sundborg.

Les ambulanciers paramédicaux des Ambulances de l’Estrie, les pompiers de Valcourt et ceux de Saint-Denis-de-Brompton avec leur véhicule amphibie sont intervenus pour porter secours à la victime.

« La paroi Larouche est un endroit où nous intervenons deux à trois fois par année pour des chutes dans les sentiers ou lors des activités d’escalade », mentionne François Breton d’Ambulances de l’Estrie.

La Sûreté du Québec n’a ouvert aucune carte d’appel relatif à cet accident d’escalade étant donné qu’elle considère qu’il n’y a pas de risque de décès.

Selon la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade (FQME), le terrain de la paroi du lac Larouche est actuellement la propriété du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) du Québec, sous la supervision du Parc national du Mont-Orford (SEPAQ).