Sylvie Saint-Cyr sort de la salle d’audience avec son avocat Me Marc-Olivier Perron après avoir plaidé coupable au palais de justice de Sherbrooke.

Une fraudeuse plaide coupable, son procès devant jury évité

Accusée d’une fraude envers son employeur, Sylvie Saint-Cyr du Canton de Cleveland a réglé ses comptes avec la justice.

En plaidant coupable à l’accusation portée contre elle, mercredi, la femme de 56 ans évite ainsi la tenue d’un procès devant jury qui devait s’amorcer le 3 décembre prochain au palais de justice de Sherbrooke. 

Devant le juge Charles Ouellet de la Cour supérieure, elle a reconnu une fraude de 35 000 $ entre le 1er janvier 2012 et le 25 novembre 2014.

Sylvie Saint-Cyr était gérante à la pharmacie Familiprix de Richmond lorsqu’elle a commis ce crime.

Une trame factuelle des faits a été déposée devant le tribunal.

Elle y reconnaît avoir subtilisé une somme avoisinant les 35 000 $ « mais impossible à chiffrer précisément ».

« Pour ce faire, elle utilisait des remboursements fictifs », stipule la trame factuelle.

Elle enregistrait des remboursements à la caisse, mais aucune somme d’argent n’était remise à un client.

« Par la suite, l’accusée faisait des correctifs au livre comptable afin de faire balancer l’encaisse et les prélèvements des journées visées par les faux remboursements », indique le document déposé au dossier.

La preuve ne révèle pas ce qui est advenu de l’argent puisé illégalement dans les coffres de l’entreprise.

Sylvie Saint-Cyr a reconnu une accusation amendée réduite de quelques années, soit entre 2012 et 2014 au lieu de 2009 comme stipulé dans l’acte d’accusation initial.

Suggestion commune

La procureure aux poursuites criminelles Me Geneviève Crépeau et l’avocat de la défense Me Marc-Olivier Perron devraient présenter une suggestion commune lors des observations sur la peine qui se dérouleront le 4 janvier 2019. L’accusée a été informée que le tribunal n’est pas lié par une éventuelle suggestion commune qui pourrait être faite.

Les candidats jurés qui étaient convoqués lundi prochain pour ce procès qui était prévu pour deux semaines ont été contactés par les greffes du palais de justice de Sherbrooke afin d’annuler leur déplacement.