Bien connue des services policiers en matière de santé mentale, une femme de Sherbrooke s'est emportée de façon importante en fin de semaine en tentant d'étrangler sa mère.

Une femme de Sherbrooke tente d'étrangler sa mère

Bien connue des services policiers en matière de santé mentale, une femme de Sherbrooke s'est emportée de façon importante en fin de semaine en tentant d'étrangler sa mère.
L'altercation s'est déroulée vendredi vers 20 h dans un logement de la rue Thibault.
Franchesca Côté sera évaluée relativement à son aptitude à faire face aux procédures judiciaires.
Des accusations de voies de fait graves, de voies de fait, de voies de fait armées et de menaces de mort ont été déposées contre elle.
Son avocat Me Jean Leblanc a reporté le dossier au 28 septembre le temps qu'un psychiatre judiciaire évalue ses capacités d'affronter le processus judiciaire.
La femme de 33 ans a eu une chicane avec sa mère qui a dégénéré au début de la fin de semaine.
« La suspecte a enroulé un cordon autour du cou de sa mère. Elle l'a étranglée au point où la victime s'est sentie défaillir », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.
La victime a réussi à se débattre puis à se défaire de l'emprise de son assaillante.
« La victime a réussi à nous contacter. Elle a subi des blessures superficielles », mentionne le porte-parole du SPS.
Les policiers sherbrookois connaissant bien la suspecte pour intervenir régulièrement à son endroit en matière de santé mentale.
« L'origine de l'altercation semble être une discussion qui a mal tourné », indique Martin Carier du SPS.
La suspecte a passé la fin de semaine derrière les barreaux après une comparution téléphonique.
C'est Me Isabelle Dorion qui représente le ministère public dans cette affaire.