Le nom de Mathieu Laframboise sera inscrit à vie au registre des délinquants sexuels.
Le nom de Mathieu Laframboise sera inscrit à vie au registre des délinquants sexuels.

Un Sherbrookois écope de 17 mois pour contacts sexuels

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Un homme de 31 ans de Sherbrooke qui a reconnu des contacts sexuels sur deux enfants passera les 17 prochains mois en prison.

Mathieu Laframboise a profité de moments seuls avec les deux enfants de moins de dix ans pour assouvir ses pulsions.

Devant le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec, mercredi, Laframboise a reconnu avoir fait des attouchements sexuels à deux mineures de moins de 16 ans entre avril et août 2018.

La mère de l’une des victimes a déposé une lettre au tribunal avant que la peine soit imposée à Mathieu Laframboise.

Elle a déploré les gestes commis par Laframboise et s’est sentie trahie par l’accusé qu’elle connaissait. Elle a mentionné que son enfant faisait des cauchemars à la suite des gestes sexuels.

Mathieu Laframboise a fait des attouchements aux parties génitales de l’une des victimes à une reprise alors que les gestes ont été commis plus d’une fois sur l’autre victime.

C’est la verbalisation des gestes par les enfants qui a permis d’étayer la preuve et de porter les accusations contre Mathieu Laframboise.

Ce dernier avait été rencontré par les enquêteurs du Service de police de Sherbrooke en octobre 2018 dans cette affaire.

La peine a été imposée à la suite d’une suggestion commune de la procureure aux poursuites criminelles Me Marilène Laviolette et de l’avocate de la défense Me Jessyca Duval de l’aide juridique.

À sa sortie de prison, l’accusé devra respecter les conditions dans le cadre d’une probation de deux ans. Il ne pourra pas se rendre dans les parcs ou à tout endroit où pourraient se trouver des enfants pour les cinq prochaines années.

Le nom de Mathieu Laframboise sera inscrit à vie au registre des délinquants sexuels.