Un résident d'Orford porte plainte contre deux agents de la RPM

Un résident d'Orford a déposé une plainte au Commissaire à la déontologie policière contre deux agents de la Régie de police Memphrémagog pour une intervention survenue lundi soir. Philippe Lessard affirme qu'il dormait lorsque deux policiers sont subitement rentrés dans sa chambre en exigeant qu'il s'identifie.
S'inquiétant qu'une entrée par infraction soit en cours, un voisin avait signalé au 911 qu'une échelle était déposée contre une fenêtre ouverte du second étage d'une maison. Les policiers de la Régie de police Memphrémagog se sont donc rendus à cette résidence pour une vérification.
Sur le balcon de l'appartement, ils ont pu interpeler Philippe Lessard puisque la fenêtre ouverte donnait directement dans sa chambre où il dormait avec sa fillette de quatre ans.
« Je me suis fait réveiller par une voix de policier qui disait "police, police" et qui voulait que je m'identifie. J'ai expliqué que le propriétaire de l'immeuble faisait des travaux à l'extérieur, ce qui expliquait la présence de l'échelle. Tout ça s'est fait vite, j'étais encore tout endormi. J'ai dit aux policiers : "Hey, je suis chez nous en bobettes, je suis couché en train de faire dodo et tu veux que je m'identifie? Hey, bye bye, je dors" », raconte Philippe Lessard.
Selon Philippe Lessard, « le policier est passé au travers de la fenêtre, il a donné un coup de pied, il est entré en sauvage comme dans un film. Ma fille de quatre ans s'est réveillée, assise dans le lit, traumatisée. C'est complètement ridicule, j'en revenais pas », ajoute-t-il.
Très en colère contre les policiers à qui il faisait face au beau milieu de son appartement, Philippe Lessard a saisi son téléphone pour filmer la suite de l'intervention, vidéo qu'il a posté sur sa page Facebook.
Philippe Lessard espère que sa plainte en déontologie policière permettra de faire la lumière sur cette intervention. « Tu dors chez toi et des policiers rentrent comme ça chez vous. C'est inacceptable! »
Le commissaire à la déontologie policière décidera si la plainte est retenue. L'analyse peut prendre jusqu'à 60 jours.
Un devoir d'assurer la sécurité des personnes
De son côté, le porte-parole de la Régie de police Memphrémagog, Paul Tear, ne peut commenter ce cas précis étant donné qu'une plainte pourrait être déposée à l'endroit des deux policiers.
Paul Tear explique cependant que tous les policiers ont le devoir et l'obligation d'assurer la protection des biens et la sécurité des personnes.
« Prenons l'exemple d'un appel pour une plainte parce qu'il y a des bruits de chicane. On se rend sur place et même si les gens nous disent que tout est beau, on doit faire le tour de l'appartement avant de partir pour s'assurer que c'est vrai, qu'il n'y a personne de caché, bâillonné, blessé ou mort dans l'appartement. Avant de quitter, c'est notre devoir d'avoir la certitude qu'il n'y a aucun élément criminel qui a échappé à notre attention », image-t-il.