Un proche des Hells Angels coupable de trafic de drogue

Acteur du monde interlope près des Hells Angels du chapitre de Sherbrooke, Stéphane Boutet d'Asbestos poursuivra son séjour en prison.

Arrêté à la mi-octobre avec une importante quantité de stupéfiants, il a plaidé coupable, mardi au palais de justice de Drummondville, à des accusations en lien avec la possession de stupéfiants dans le but d'en faire le trafic.

Devant la juge Marie-Josée Ménard de la Cour du Québec, Boutet a plaidé coupable aux accusations de possession de cocaïne et de méthamphétamine dans le but d'en faire le trafic ainsi que de recel d'argent.

Boutet a été intercepté dans le secteur de Drummondville avec une importante quantité de stupéfiants.

Lorsqu'il a été arrêté par la Sûreté du Québec, Boutet avait dans son véhicule environ trois quarts de kilo de cocaïne, environ 2000 comprimés de méthamphétamine ainsi que quelque 23 000 $ en argent.

L'avocate de la défense M<C_Exposant+>e<C_Exposant-> Karine Poliquin et le procureur aux poursuites criminelles M<C_Exposant+>e<C_Exposant-> Kevin Mailhiot feront une suggestion commune de détention au retour du dossier devant le tribunal le 23 novembre prochain.

Selon des sources policières, Boutet avait l'aval du chapitre des Hells Angels de Sherbrooke pour effectuer le contrôle et la vente de stupéfiants dans les secteurs de Danville et Asbestos. Une partie de la cocaïne trouvée sur lui n'avait pas encore été coupée, alors qu'une autre quantité était prête à la revente.

Stéphane Boutet reste détenu en attendant que sa peine lui soit imposée.

Peine purgée

Stéphane Boutet a déjà écopé d'une longue peine de prison pour son implication dans le vol de véhicules.

Il avait été condamné à sept ans de prison pour son implication dans des vols de véhicule en 2008 dans le cadre de l'opération Calepin,

À l'automne de la même année, Boutet avait reconnu être à la tête d'un réseau de voleurs et receleurs de véhicules de luxe à l'échelle internationale.

Il avait plaidé coupable à quatre accusations de complot, vol et recel de pièces et de véhicules, ainsi que de gangstérisme. Il avait été condamné à sept ans de prison dans cette affaire.

Il avait fini de purger cette peine de pénitencier.