Marc-André Auger

Un habitué des tribunaux s'en tire bien... pour une dernière fois

SHERBROOKE - Un habitué des tribunaux a obtenu une dernière chance de conserver ses acquis avant de se voir imposer une peine de prison ferme.

Récidiviste en matière de vol, Marc-André Auger a reconnu avoir utilisé frauduleusement la carte de crédit de son ancien employeur.

Le juge Conrad Chapdelaine lui a imposé, mardi au palais de justice de Sherbrooke, 60 jours de détention à purger de façon discontinue.

Le 28 juin 2018, Auger a volé une carte de crédit Visa et l'a utilisée pour faire divers achats dans un dépanneur.

« Il avait volé cette carte de crédit sans savoir qu'elle appartenait à son ancien employeur », a expliqué au tribunal l'avocate de la défense Me Kim Dingman.

La suggestion commune faite par Me Dingman et la procureure aux poursuites criminelles Me Maude Lapointe tient compte du fait que Auger occupe un emploi à temps plein et qu'il tente de se reprendre en main.

La peine à purger les lundis et mardis lui permettra de conserver son emploi.

Le juge Chapdelaine a insisté sur le fait que, malgré son jeune âge, Auger possède de nombreux antécédents judiciaires en semblable matière.

« Je vous suggère de ne pas revenir devant le tribunal. Les antécédents s'accumulent. Si vous revenez devant la Cour, vous risquez d'avoir une peine de prison ferme et de perdre ce que vous essayez de bâtir », a insisté le juge Chapdelaine.

L'accusé a d'ailleurs effectué des séjours en prison par le passé dans des affaires de vols.

« Ça commence à devenir pesant », a reconnu Auger devant le tribunal concernant ses nombreux antécédents judiciaires.