Un ex-proprio de garderie condamné à 18 mois de prison pour des contacts sexuels

Un ex-propriétaire de garderie est condamné à 18 mois de prison pour avoir eu des contacts sexuels répétés sur une fillette de quatre ans, à l’occasion de la sieste.

Nicolas Zakzuk Gaviria, 50 ans, a été déclaré coupable l’été dernier au terme d’un procès.

L’homme d’origine colombienne a ouvert une garderie avec sa femme en 2008 dans le sous-sol de leur résidence, à Sainte-Foy. La fillette commence à la fréquenter à l’âge de trois ans et neuf mois.

À l’été 2017, à l’âge de cinq ans, l’enfant confie à sa grand-mère que depuis plusieurs mois, au moment de la sieste, celui qu’elle appelle Nicolas vient la chercher et l’amène dans une chambre. 

La juge Johanne Roy de la Cour du Québec a retenu la version de la fillette à savoir que l’homme a, à de multiples reprises, enlevé les vêtements de l’enfant et posé son pénis sur la vulve de la petite. Il utilisait parfois ses mains. Aucune preuve de pénétration pénienne ou digitale n’a été retenue.

Pour récompenser la fillette, Nicolas Zakzuk Gaviria lui donnait des guimauves avant de la reconduire dans la pièce où dormaient les autres enfants.

La Couronne suggérait une peine de 21 mois de détention tandis que la défense plaidait pour une peine entre 12 et 15 mois de prison pour l’homme sans antécédent judiciaire.

Dans sa décision sur la peine, la juge Roy souligne qu’en commettant les délits, «l’accusé abuse de la relation de confiance et d’autorité découlant de ses fonctions de travailleur en garderie, responsable du bien-être et de la sécurité des enfants».

La garderie a été fermée après la dénonciation.

Le père de la petite victime a confié que sa fille a vu un psychologue à quelques reprises.

La juge a finalement opté pour une peine de 18 mois de prison, une peine qui doit, écrit-elle, refléter les objectifs de dénonciation et de dissuasion à l’égard de comportements qui portent atteinte à l’intégrité physique, psychologique et sexuelle de jeunes enfants alors que l’accusé s’était vu confiée la responsabilité d’en assurer la sécurité et le sain développement».

Après sa peine, Nicolas Zakzuk Gaviria sera en probation pour une période de deux ans. Il lui sera interdit, pour une période de trois ans, de se trouver dans les parcs, piscines et autres endroits fréquentés par les mineurs ou d’occuper un emploi le plaçant en relation de confiance avec des mineurs.