Un étudiant a pénétré dans le système informatique du Cégep de Sherbrooke pour consulter les notes de ses confrères de classe.

Un étudiant victime de son anxiété de performance

L'anxiété de performance a poussé un étudiant du Cégep de Sherbrooke à s'introduire dans le système informatique de l'établissement pour y consulter les notes de ses confrères de classe.
Les gestes commis en octobre 2015 ont été repérés par les filets de sécurité informatique puis l'ont conduit devant le tribunal.
Le jeune homme maintenant âgé de 20 ans a reconnu, mercredi au palais de justice de Sherbrooke, les accusations d'usage frauduleux d'un ordinateur entre le 19 et le 30 octobre 2015 et de possession de renseignements pouvant permettre de commettre un acte criminel durant la même période.
L'étudiant a reconnu avoir réussi à franchir les barrières de sécurité informatique pour accéder aux résultats des cours qu'il suivait au Cégep. Ces intrusions ont été repérées et les recherches ont permis de remonter jusqu'à l'étudiant.
Son avocate Me Jessyca Duval a expliqué au tribunal que l'intention de l'étudiant n'était pas de changer ses notes, mais bien d'apaiser son anxiété de performance en les comparant avec celles de ses confrères de classe.
Il est retourné à quelques reprises pour consulter les mêmes notes à la suite des travaux et examens évalués.
Expulsé
Le jeune homme sans antécédent judiciaire qui suivait un parcours scolaire jusque-là sans faille a été expulsé du Cégep de Sherbrooke lorsque son intrusion dans le système informatique a été découverte.
Ce détour par le système judiciaire a entraîné des délais dans son admission à l'université.
À la suite de son plaidoyer de culpabilité, l'étudiant a été évalué par un criminologue dans le cadre d'un rapport présentenciel.
Devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec, les avocates au dossier, soit Me Duval en défense et la procureure aux poursuites criminelles, Me Marilène Laviolette, ont présenté une suggestion commune d'absolution conditionnelle.
L'étudiant devra effectuer des travaux communautaires dans le cadre d'un suivi probatoire de deux ans. Il devra suivre les recommandations d'un agent de probation notamment pour travailler à son problème d'anxiété de performance.
La juge a suivi la suggestion commune non pas sans avoir soulevé son questionnement relativement à l'intrusion de l'accusé dans le système informatique d'une institution d'enseignement dans un monde où les pirates informatiques sont de plus en plus présents.
Elle a cependant tenu compte du contexte particulier où l'étudiant n'avait pas d'intention malveillante en accédant au système informatique du Cégep de Sherbrooke.
« Mon client n'a jamais eu l'intention de changer ses notes. Il voulait seulement apaiser son anxiété de performance », a indiqué Me Duval.