Un enseignant du Centre Saint-Michel de Sherbrooke a été victime d’une agression de la part d’un élève.

Un enseignant frappé au Centre St-Michel

Un enseignant du Centre Saint-Michel de Sherbrooke a été victime d’une agression de la part d’un élève.

L’enseignant tentait de séparer deux élèves qui se chamaillaient lorsqu’il est devenu victime, mardi.

« L’enseignant a tenté de séparer deux élèves. Il a été poussé et a reçu un coup de poing lorsqu’il s’est interposé entre les deux étudiants », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

Le Service de police de Sherbrooke confirme qu’une enquête a été ouverte dans une affaire de voies de fait simple commise au 135 de la rue King Ouest.

Un suspect de 29 ans a été interrogé à la suite de cette affaire. Aucune accusation n’a été portée contre lui pour le moment.

Étant donné que cette affaire fait présentement l’objet d’une enquête, la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) n’émettra aucun commentaire.


« La violence dans les écoles est un problème récurrent à tous les niveaux. »
Richard Bergevin

Le président du Syndicat de l’enseignement de l’Estrie (SEE) Richard Bergevin a été informé de l’événement du Centre Saint-Michel, mais ne veut pas le commenter étant donné l’enquête policière.

Il veut cependant faire le lien avec la sortie récente du syndicat relativement à la violence dans les écoles.

« La violence dans les écoles est un problème récurrent à tous les niveaux, du primaire jusqu’à l’éducation aux adultes. Tout geste de violence doit être dénoncé qu’il soit plus mineur ou important. Nous devons appliquer la tolérance zéro en matière de violence verbale ou physique, peu importe que ce soit un enfant, un adolescent ou un adulte », soutient Richard Bergevin.

Le président du SEE estime que la CSRS ne réagit pas suffisamment en matière de violence.

« Nous voulons que la CSRS réagisse davantage aux signaux d’alerte en travaillant en prévention des gestes de violence. Nous souhaitons que les enseignants soient écoutés davantage. Pour travailler en matière de violence, il doit y avoir des ressources humaines de façon suffisante », estime M. Bergevin.

Selon le site de la CSRS, le Centre Saint-Michel offre les cours nécessaires à l’obtention du diplôme d’études secondaires, les préalables pour la formation professionnelle et ceux du CÉGEP de même que des cours préparant à l’employabilité. Des volets d’alphabétisation et de francisation y sont aussi offerts.