Un employé de 26 ans du Canadian Tire du plateau Saint-Joseph à Sherbrooke a avoué avoir volé pour 126 000 $ de marchandise à son employeur au cours des trois derniers mois.
Un employé de 26 ans du Canadian Tire du plateau Saint-Joseph à Sherbrooke a avoué avoir volé pour 126 000 $ de marchandise à son employeur au cours des trois derniers mois.

Un employé du Canadian Tire vole 126 000 $ de marchandise à son employeur

Ceux qui ont récemment acheté des téléviseurs, climatiseurs, génératrices ou barbecues à l’état neuf sur des sites de revente en Estrie ont peut-être acheté, sans le savoir, de la marchandise volée.

Un employé de 26 ans du Canadian Tire du plateau Saint-Joseph à Sherbrooke a avoué avoir volé pour 126 000 $ de marchandise à son employeur au cours des trois derniers mois.

Il a sans doute profité de la réorganisation causée par la pandémie de la COVID-19 pour voler peu à peu une partie de l’inventaire de son employeur.

Avec la camionnette de son employeur, il se rendait à l’entrepôt pour y prendre de la marchandise. Au lieu de la ramener sur la rue Josaphat-Rancourt où se trouve le commerce, comme il se doit, il en détournait vers le garage de son domicile situé sur la rue André à Waterville.

« L’employé a été surpris par ses patrons, mercredi. Il a été confronté à certaines anomalies dans l’inventaire, puis a tout avoué aux enquêteurs », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

Conduit au quartier général du SPS, l’individu de 26 ans sans antécédent judiciaire a fait l’inventaire de ses vols.

Depuis le mois de mars, il a volé 64 climatiseurs portatifs, 55 génératrices, 67 barbecues, 24 téléviseurs, un tracteur à gazon, un tapis roulant, des outils, un système de chauffage ainsi que des articles de cuisine.

« Il amenait la marchandise chez lui puis la revendait sur les différents sites Internet et sur les médias sociaux. Son garage contenait encore plusieurs articles qu’il avait détournés à son profit, mais il avait aussi réussi à en écouler. Il volait des articles qui se vendaient bien au printemps. Nous devrons faire l’inventaire de tout ça. Nous présumons que les gens qui ont acheté ces articles l’ont fait de bonne foi », mentionne le porte-parole du SPS.

Le suspect est resté détenu au quartier général du SPS. Des accusations criminelles devraient être déposées contre lui, jeudi, au palais de justice de Sherbrooke.