Moïse Martel

Un détenu contraint de vendre de la drogue en prison ?

Un individu de Sherbrooke plaidera avoir été contraint de faire entrer une quantité importante de stupéfiants au Centre de détention de Sherbrooke.
Le 1er septembre prochain, Moïse Martel subira son procès pour trafic de stupéfiants en détention.
Ce dernier se trouvait en détention pour une affaire de vol lorsqu'il aurait sollicité une amie naïve pour qu'elle l'assiste dans ce plan.
La jeune femme sans antécédent judiciaire s'est présentée dans la salle de visiteurs avec les stupéfiants.
Dans un geste qui a été remarqué par les agents des services correctionnels, l'étudiante de 19 ans a fait une accolade à Martel pour lui remettre les stupéfiants.
Ce qui devait arriver arriva, les stupéfiants ont été trouvés dans un paquet opaque que Martel voulait dissimuler dans ses sous-vêtements.
Les services correctionnels ont découvert 104 comprimés de méthamphétamine, 54 grammes de haschich ainsi que de la résine de cannabis.
Preuve admise
L'avocate de la défense Me Karine Poliquin a mentionné au tribunal, mercredi au palais de justice de Sherbrooke, qu'elle admettra toute la preuve de la poursuite de même que la déclaration faite par son client après son arrestation.
L'avocate de la défense a mentionné au juge qu'elle présentera une défense de contrainte.
Deux autres procès de Martel ont aussi été fixés le 8 septembre et le 6 octobre dans deux autres dossiers.
C'est Me Laila Belgharras qui représente le ministère public dans les dossiers impliquant Moïse Martel.