Sébastien Perron est accusé de contacts sexuels et de leurre informatique.

Un Coaticookois de 37 ans accusé de contacts sexuels sur une mineure

Un individu de 37 ans de Coaticook fait face à la justice pour divers gestes à caractère sexuel commis sur une fillette de moins de 14 ans.

Des accusations de leurre informatique et de contacts sexuels ont été déposées, mercredi, au palais de justice de Sherbrooke contre Sébastien Perron de Coaticook.

Cet individu proche de la famille de la victime aurait commis les gestes sur une période de deux ans entre 2016 et 2017. Les gestes pour lesquels Perron est accusé auraient été commis entre le 1er janvier 2017 et le 1er mai 2017.

« Il y a eu des discussions sur Facebook et des rencontres physiques. C’est à ces occasions que les gestes auraient été commis », mentionne le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Samuel Ducharme.

L’enquête menée par la division des enquêtes du SPS s’est déroulée rapidement.

« Ce sont des proches du suspect qui ont eu des doutes. Ils ont alerté les policiers. Le travail d’enquête a permis d’étayer la preuve pour porter des accusations », signale Samuel Ducharme.

Le suspect a été arrêté mercredi matin à son domicile. Après avoir été interrogé relativement aux gestes qui lui sont reprochés, il a fait face à la justice.

C’est menotte aux poings que Sébastien Perron a été amené devant le tribunal.

Après sa comparution, l’individu a été remis en liberté sous de sévères conditions.

« C’est un individu qui est sans histoire, sans antécédent judiciaire. C’est pourquoi le ministère public a consenti à remettre mon client en liberté », explique l’avocat de la défense Me Alexandre Tardif.

Perron s’est engagé à ne pas entrer en contact de quelque façon que ce soit avec la plaignante dans cette affaire. Il devra s’abstenir de se trouver à moins de 200 mètres du domicile de la jeune fille.

Il ne pourra pas posséder d’ordinateur ou de cellulaire. Il devra aussi annuler son abonnement à Internet.

Sébastien Perron ne pourra pas non plus se retrouver seul en présence de mineurs ou tout endroit où pourraient se trouver des personnes de moins de 16 ans.

Perron ne pourra occuper d’emploi ou faire de bénévolat avec des personnes de moins de 16 ans.

« Peu importe les circonstances, ce n’est jamais plaisant d’être arrêté et de faire face à la justice. Évidemment, il est abattu », signale Me Tardif.

C’est Me Marie-Line Ducharme qui représente le ministère public dans cette affaire.

Le dossier a été remis au 14 décembre prochain.