Un chevreuil a dû être abattu sur la rue Pacifique après une collision avec une voiture.

Un chevreuil happé sur la rue Pacifique a dû être abattu

SHERBROOKE - Une autre collision entre un véhicule et un chevreuil à Sherbrooke s'est ajoutée à la longue liste 2018, lundi matin, sur la rue Pacifique.

Si le véhicule qui a happé le cervidé n'a pas été abimé, la bête a dû être abattue par le Service de police de Sherbrooke qui a été appelé sur place vers 5 h 20.

À lire aussi: Malchance tragique sur la 410

Détachement total face aux risques sur la 410

« Les patrouilleurs doivent faire les validations avec les agents de protection la faune avant de mettre fin aux souffrances des chevreuils dans pareilles circonstances », explique la porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Isabelle Gendron.

Cette collision avec un animal de la grande faune, survenue près du centre-ville de Sherbrooke, est la 125e à être répertoriée sur le territoire du corps de police municipale depuis le début de l'année.

Depuis septembre, le nombre de collisions avec les cerfs de Virginie s'est accéléré. En octobre, 23 automobilistes ont frappé des chevreuils. Il est survenu déjà 14 collisions depuis le début du mois de novembre pour un total de 50 si l'on ajoute le mois de septembre.

« Les automobilistes doivent rester très vigilants sur les routes. Tous les secteurs peuvent être propices à la présence de cerfs de Virginie », mentionne la porte-parole du SPS.

Les accidents ont été répertoriés autant en secteur plus boisé qu'urbain.

Que ce soit dans le secteur Saint-Élie, Fleurimont, près du mont Bellevue, du parc des Quatre Pins ou du barrage Paré, plusieurs zones sont propices à la présence de cervidés.

En 2017, un total de 158 cerfs de Virginie avaient été happés à Sherbrooke, comparativement à 140 en 2016 et 132 en 2015.

« Les rapports d'accidents sont acheminés à la SAAQ qui répertorie les causes de collisions annuelles. Il peut en manquer quelques-unes où l'animal a été blessé, mais que le conducteur n'a pas signalée », mentionne Isabelle Gendron du SPS.