Un chat à l'origine de l'agression d'un chauffeur de la STS

Un chat en liberté dans un autobus de la Société de transport de Sherbrooke (STS) est à l'origine de l'agression d'un chauffeur à coups de bâton de baseball survenue mercredi soir.
Bruno Vachon
L'agresseur dans cette affaire a été accusé de voies de fait armées et la direction de la STS assure qu'elle fera tout pour que ce type d'agression gratuite ne se reproduise pas.
« Ce type d'agression nous ébranle. C'est tout un choc. Toutes nos pensées sont dirigées vers le chauffeur et sa famille », dit le président de la STS, le conseiller municipal Bruno Vachon.
M. Vachon ajoute que la question de la sécurité sera rapidement à l'ordre du jour à la STS afin de prévenir ce type d'agression.
« Nous allons analyser ce qui se fait ailleurs. Il faut non seulement sécuriser les chauffeurs, mais aussi la clientèle qui se trouve dans l'autobus », estime Bruno Vachon.
« Heureusement, nous pouvons compter sur les doigts d'une main les agressions envers les chauffeurs d'autobus à Sherbrooke. La STS a mis en place plusieurs outils de prévention. Tous les chauffeurs sont formés dès leur embauche en gestion de la clientèle. Les chauffeurs sont attachés par une ceinture à leur siège dans un véhicule qui se déplace. La gestion de la clientèle prend une dimension différente », explique le vice-président du syndicat des chauffeurs de la STS, André Marsan.
Réaction disproportionnée
Vraisemblablement mécontent que le chauffeur lui demande de remettre son animal de compagnie dans sa cage, un individu de 24 ans a agressé le chauffeur de la STS à l'aide d'un bâton de baseball. L'individu en question aurait été interpellé à ce sujet à au moins deux autres reprises au cours de la journée sur deux circuits d'autobus différents.
« Le suspect a injurié le chauffeur avant de s'en prendre à lui. La réaction était visiblement disproportionnée », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Samuel Ducharme.
Cette altercation avec un usager est survenue au terminus de l'Université de Sherbrooke vers 21 h 15, mercredi soir.
Charles Bolduc de Sherbrooke a comparu, jeudi, devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke.
Il fait face à des quatre accusations, de voies de fait armées, de voies de fait, de menaces de voies de fait ainsi que de possession de cannabis.
L'individu de 24 ans a été remis en liberté sous conditions.
Il lui sera notamment interdit de prendre les autobus de la STS.
Bolduc a alors répondu qu'il n'y avait pas de problème et qu'il prendrait son vélo.
Affichage d'urgence
« Rien ne laissait présager une telle agression. L'individu ne semblait pas en état d'ébriété. Le superviseur a été avisé par l'affichage d'urgence lumineux de l'autobus qui est en place. Le superviseur est rapidement intervenu pour aider le chauffeur et pour appeler les policiers », explique le président de la STS.
Les nouveaux autobus de la STS sont équipés de caméras et il y a plusieurs dispositifs dont un bouton panique à l'intérieur.
Coupée à la tête, la victime a été transportée au CHUS pour soigner ses blessures.
« Notre chauffeur a subi de nombreuses contusions à la suite des coups de bâton de baseball. C'est un chauffeur d'expérience qui a été victime de cette agression sauvage et gratuite. C'est une situation vraiment préoccupante. Nous sommes de tout coeur avec lui », assure Bruno Vachon.
Le vice-président du syndicat des chauffeurs de la STS souligne que le fait qu'un chauffeur ait été attaqué constitue un facteur aggravant.
Le dossier de Charles Bolduc a été remis au 5 octobre prochain.
C'est Me Caroline Saint-André de l'aide juridique qui assure la défense de l'accusé, alors que Me Laurence Bélanger représentait le ministère public.