Me Michèle Lamarre-Leroux de l’aide juridique

Un autre individu accusé de proxénétisme

Un proxénète allégué a été mis hors d’état de nuire au cours de la dernière fin de semaine.

Mahad Jama a été accusé de gestes en lien avec le proxénétisme à Laval, Montréal et Sherbrooke.

Des accusations d’avoir amené une personne à offrir des services sexuels moyennent rétribution, d’avoir fait de la publicité pour offrir des services sexuels moyennent rétribution et d’extorsion ont été portées contre l’individu de 30 ans de l’arrondissement de Lennoxville à Sherbrooke.

Cette dernière accusation réfère au fait d’avoir induit une personne par des menaces, accusations ou de la violence à fournir des services sexuels.

Les gestes qui sont reprochés à l’individu auraient été commis entre le 28 avril et le 2 juin 2018.

La Sûreté du Québec confirme que c’est une plainte de la victime alléguée qui a permis de procéder à l’arrestation de Mahad Jama dans la région de Sherbrooke au cours de la fin de semaine dernière.

L’individu aurait offert les services sexuels de la plaignante sur le site « Annonces intimes » au cours des derniers mois.

Aucun lien ne peut être établi pour le moment avec un réseau de prostitution ou des groupes criminalisés.

Mahad Jama a comparu, lundi, devant le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke.

La procureure aux poursuites criminelles Me Laurence Bélanger

La procureure aux poursuites criminelles Me Laurence Bélanger s’est opposée à sa remise en liberté.

L’avocate de la défense Me Michèle Lamarre-Leroux de l’aide juridique a reporté le dossier pour fixer l’enquête sur remise en liberté.

Un interdit de contact avec la victime alléguée a été émis par le tribunal.

Aucune autre plainte concernant Mahad Jama ne serait en analyse pour le moment.

Ce dossier n’est pas sans rappeler celui de Mathieu Larin qui a été condamné en avril dernier à cinq ans et demi de prison pour proxénétisme.

Larin offrait justement les services sexuels de femme sur le site « Annonces intimes ».

Mathieu Larin a reconnu sa culpabilité en ce qui concerne les chefs d’accusation de proxénétisme et de prostitution juvénile pour une victime adolescente entre octobre et novembre 2014.

En 23 octobre 2017, Larin avait plaidé coupable d’avoir amené trois autres femmes à offrir des services sexuels moyennant rétribution entre décembre 2016 et juin 2017.

Le proxénète Mathieu Larin avait pris un contrôle sur la vie sexuelle de ces quatre jeunes femmes, dont une mineure, qui se prostituaient pour son compte principalement à Sherbrooke.

L’accusé s’occupait de prendre les photos en tenue légère, de faire la publicité sur le site « Annonces intimes », avait le contrôle du téléphone en se faisant passer pour les filles et décidait des services sexuels et des tarifs.