L’ancien presbytère de l’église Notre-Dame-de-l’Unité de Johnville, dans lequel six logements ont été aménagés, a été la proie des flammes dimanche après-midi.

Un ancien presbytère a été la proie des flammes

L’ancien presbytère de l’église Notre-Dame-de-l’Unité de Johnville, dans lequel six logements ont été aménagés, a été la proie des flammes dimanche après-midi. Une trentaine de sapeurs ont combattu l’incendie, qui a fait assez de dommages pour détruire le bâtiment historique, mettant une douzaine de personnes à la rue.

Il s'agit du deuxième incendie majeur à frapper la région en quelques jours, après que le feu ait consumé le bâtiment principal de la ferme Beaulieu vendredi.

«On a reçu l’appel vers 12h15, confirme Éric Cloutier, directeur du Service de protection contre les incendies de Cookshire-Eaton. Quand les premiers pompiers volontaires du village sont sortis de leurs maisons, ils voyaient déjà une grande colonne de fumée qui s’échappait de l’ancien presbytère. Les gens ont réussi à sortir du bâtiment à temps, une seule personne a été légèrement incommodée par la fumée, elle n’a pas été transportée à l’hôpital.»

Le brasier était tel que les pompiers de Cookshire-Eaton ont fait appel à leurs collègues de la régie intermunicipale d’East Angus et de Compton. «Le bâtiment est une perte totale, poursuit M. Cloutier. C’est une vieille structure qui date du début du 20e siècle, la charpente de bois a brulé très rapidement.»

Les pompiers n’ont pas disposé d’une borne-fontaine pour combattre l’incendie, car le village de Johnville ne bénéficie pas de la présence d’un système d’aqueduc. «Ça n’a pas été un problème, on avait quatre camions-citernes à notre disposition et l’échelle aérienne de la régie intermunicipale d’East Angus. On s’est approvisionnés au puits de Palettes Perron, c’est tout près.»

«Le centre communautaire a été ouvert pour accueillir la douzaine de citoyens sinistrés, affirme la mairesse de Cookshire-Eaton Sylvie Lapointe. La Croix Rouge est aussi sur place.»