Marcel Bouchard a un sursis jusqu’au 28 novembre afin d’agir comme aidant naturel pour sa mère.

Un aidant naturel obtient un sursis... avant la prison

Un homme de 43 ans de Coaticook bénéficie d’un sursis de quelques semaines pour des motifs humanitaires avant d’être condamné à une peine de prison.

Marcel Bouchard purgera une peine de détention pour les crimes en lien avec le trafic de stupéfiants.

Mardi au palais de justice de Sherbrooke, la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec lui a accordé jusqu’au 28 novembre afin qu’il puisse prendre soin de sa mère auprès de qui il occupe un rôle d’aidant naturel.

Bouchard avait reconnu sa culpabilité en février dernier à des accusations de production de cannabis, de possession de méthamphétamine dans le but d’en faire le trafic, de trafic de stupéfiants entre novembre 2016 et juin 2017 et de recel d’argent provenant de la vente de stupéfiants.

Ce sont des informations policières qui ont permis de procéder à la perquisition au domicile de Bouchard en juin 2017.

La Sûreté du Québec a saisi du cannabis, de la résine de cannabis, des pilules de méthamphétamine de même que quelques boutures de plants de cannabis. Les policiers y ont aussi trouvé une liste de dette de drogue de stupéfiants contractée auprès de Bouchard.

Un montant de 1758 $ avait été saisi de même qu’une balance contaminée.

Marcel Bouchard avait fait une déclaration incriminante aux policiers où il avait avoué le trafic de stupéfiants depuis l’hiver 2016.

Bouchard a aussi reconnu la possession dans le but d’en faire le trafic de méthamphétamine, de cannabis et de la résine de cannabis le 14 février 2018.

En attente de sa peine dans les premiers dossiers, Bouchard avait recommencé à faire le trafic de stupéfiants.

Lors de cette perquisition, Bouchard avait en sa possession 983 comprimés de méthamphétamine, 271 grammes de cannabis ainsi que 15,5 grammes de résine de cannabis.

Il avait été remis en liberté sous de sévères conditions à la suite de cette arrestation.

Il devait notamment suivre une thérapie.

Les observations sur la peine dans le dossier de Marcel Bouchard se dérouleront le 28 novembre novembre au palais de justice de Sherbrooke.

La procureure aux poursuites criminelles Me Émilie Baril-Côté et l’avocate de la défense Me Caroline Saint-André de l’aide juridique feront alors leurs observations à la juge Fabi.

Félix Malo reporte encore son dossier

Félix Malo a renoncé aux délais judiciaires pour encore une fois reporter son dossier devant le tribunal.

L’individu de 30 ans est accusé de divers gestes à caractère sexuel sur quatre plaignantes à Sherbrooke en 2017.

Félix Malo

C’est en offrant du cannabis que Félix Malo aurait vraisemblablement provoqué des contacts sexuels avec l’une des quatre victimes alléguées sur qui il aurait posé des gestes à caractère sexuel.

Sur une première victime alléguée en 2016, il est accusé de leurre informatique le 1er janvier 2016 puis d’attouchements sexuels et d’incitation à des contacts sexuels entre le 14 février et le 24 décembre 2016.

Des gestes se seraient ensuite produits en 2017 sur trois victimes mineures où il est accusé à nouveau de leurre informatique.

Sur l’une d’entre elles, il aurait fait du leurre informatique entre le 1er février et le 20 mars 2017, ce qui lui a permis vraisemblablement de rencontrer la victime alléguée. Il aurait commis des attouchements sexuels le 25 février 2017 puis une agression sexuelle sur cette victime alléguée de moins de 16 ans, le 12 mars.

Des accusations de trafic de cannabis sont portées contre Malo durant cette période du 1er février au 20 mars 2017 puisqu’il aurait offert des stupéfiants à cette même victime.

Des peines minimales de prison sont applicables dans plusieurs de ces dossiers.

Son nouvel avocat Me Gaétan Bourassa a visionné les six CD de preuve qui lui ont été remis. Malo avait cependant omis de remettre la preuve qu’il avait en sa possession à son avocat. Chose qu’il a faite, mercredi, au palais de justice de Sherbrooke.

Me Bourassa a reporté le dossier au 9 janvier.