Jonathan Labrecque
Jonathan Labrecque

Un abuseur d’enfant se tourne vers la pornographie juvénile

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Un individu qui se trouvait encore en probation pour une affaire de contacts sexuels sur un enfant autiste est de retour derrière les barreaux relativement à des accusations en lien avec la pornographie juvénile.

Jonathan Labrecque, 29 ans, était de retour devant le tribunal, jeudi, pour tenter de reprendre sa liberté.

Des accusations de possession, de pornographie juvénile, d’avoir accédé à de la pornographie juvénile ainsi que d’avoir distribué ces images illégales ont été portées contre lui.

Labrecque doit aussi répondre d’une accusation de bris de probation.

Les enquêteurs spécialisés en matière d’exploitation sexuelle des enfants sur Internet de la Sûreté du Québec ont procédé à son arrestation à son domicile de Cookshire-Eaton, mercredi.

Une perquisition au domicile de Labrecque a permis de saisir du matériel informatique.

« Cet individu avait été identifié à la suite de téléchargements d’images illicites sur Internet », explique la porte-parole de la Sûreté du Québec en Estrie, la sergente Aurélie Guindon.

La procureure aux poursuites criminelles Me Marilène Laviolette s’oppose à la remise en liberté de Labrecque tant que des garanties claires ne seront pas imposées.

L’avocat de la défense Me Christian Raymond a demandé la remise du dossier au 8 septembre prochain.

Neuf mois de prison

En mai 2018, Labrecque avait été condamné à neuf mois de prison.

L’individu avait reconnu avoir commis des gestes à caractère sexuel sur un enfant autiste en août 2016.

C’est la mère de l’enfant que fréquentait Labrecque qui a trouvé son fils, dont la couche avait été enlevée, à la hauteur du pénis de Labrecque. Ce dernier était complètement nu.

L’accusé avait alors affirmé vouloir voir la réaction de l’enfant, alors qu’aux enquêteurs il avait avoué avoir touché le pénis de l’enfant. 

La mère de l’enfant avait mis fin à sa relation avec l’individu. Au tribunal, la mère de l’enfant avait mentionné qu’elle croyait que le geste dénoncé n’était pas isolé.

La récente perquisition en matière de pornographie juvénile au domicile de Labrecque semble lui donner raison.

Le nom de Jonathan Labrecque avait été inscrit à vie au registre des délinquants sexuels.

Toute personne qui aurait de l’information sur cet homme ou sur ses agissements peut transmettre en tout temps des informations de façon confidentielle à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1-800-659-4264.