Trois locataires d’un HLM incommodés lors d’un incendie

Un incendie s’est déclaré vers 23h15 dans la nuit de mercredi à jeudi dans le logement d’un résident de l’OMH de Compton. Trois personnes ont dû être transportées à l’hôpital après avoir inhalé de la fumée et on ne craint pas pour leur vie.

Tous les 17 résidents de l’OMH qui étaient sur place ont dû être évacués en pleine nuit, ce qui a créé une commotion dans le village. 

Heureusement, les bénévoles de la Croix-Rouge ont mis peu de temps à arriver et ont aidé à rassurer les sinistrés, alors que certains étaient en train de perdre tous leurs biens à l’intérieur de l’édifice de 24 logements.

«On a dépêché cinq bénévoles sur place dès qu’on a reçu l’appel», explique Carl Boisvert, porte-parole de la Croix-Rouge au Québec. 

 «Nos bénévoles ont aidé directement huit personnes, qui sont finalement allées chez leurs parents ou leurs amis. Comme dans toutes les situations où nous sommes appelés, nous avons fourni de l’aide alimentaire, vestimentaire et d’hébergement allant jusqu’à trois nuits», a-t-il fait savoir.

Le maire de Compton, Bernard Vanasse, se dit soulagé de la tournure des évènements dans les circonstances, alors que les dommages ont été minimisés lors de l’incendie du bâtiment situé sur le chemin de la Station.

«Nos pompiers, avec l’aide de ceux de Waterville, on fait un excellent travail. Sans leur réponse rapide et leur travail de professionnel, les dégâts auraient pu être encore plus considérables, on ne veut même pas imaginer», annonce-t-il d’emblée.

Un drôle de hasard est venu adoucir le bilan, selon le maire de la municipalité d’un peu plus de 3000 habitants. «Les pompiers étaient à la caserne au moment où on a reçu l’appel, car ils avaient dû répondre à un autre appel juste avant. Ça nous a permis de sauver des minutes extrêmement importantes, ce qui a fait en sorte que le bâtiment est loin d’être une perte totale. C’est probablement ce qui serait arrivé si nos pompiers n’avaient pas été sur place et si leurs collègues de Waterville n’étaient pas arrivés aussi rapidement», confie-t-il au lendemain de l’incendie.

L’heure au nettoyage

La cause de l’incendie demeure inconnue au moment de la publication, alors que des enquêteurs sont sur place depuis la matinée pour en déterminer. Un grand ménage reste à faire, selon le Maire. «Il y a un grand ménage à faire, alors que la fumée et l’eau ont endommagé la majorité des unités. Plusieurs rénovations devront aussi être faites avant que l’OMH reprenne du service. Les pompiers ont défoncé un grand nombre de portes pour s’assurer que personne n’était resté à l’intérieur de l’édifice. On aime mieux prendre nos précautions et s’assurer de ne laisser aucun résident en arrière», affirme-t-il.

«On est très chanceux d’avoir la Croix-Rouge dans notre secteur, ils ont aidé à gérer la situation dès leur arrivée. Que dire du travail de nos pompiers ainsi que de ceux de Waterville, qui ont réagi en un temps record. Qui sait ce qui serait advenu de l’OMH s’il n’avait pas déjà été à la caserne à cause d’un autre appel», pondère le Maire en remerciant les premiers répondants.