Sylvain Rousseau a dû verser 5000 $ à Centraide dans le cadre d’une probation de trois ans.

Trahi par son ADN 13 ans plus tard

Trahi par l’ADN qu’il a laissé sur les lieux d’un vol de guichet automatique en 2005, Sylvain Rousseau a reconnu cette introduction par effraction commise à la Place Belvédère.

L’homme de 49 ans, qui a maintenant quitté la région, était de retour au palais de justice, mardi, pour régler ses comptes avec la justice.

Devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec, Rousseau a plaidé coupable d’introduction par effraction au centre commercial maintenant connu sous le nom Centre Sherbrooke en février 2005.

Rousseau s’était caché dans la salle de bains du centre commercial pour échapper au système d’alarme.

Une fois la tranquillité de la nuit arrivée, il a tenté de s’emparer du guichet automatique. Après plusieurs minutes d’efforts, il a pris la fuite sans avoir réussi à toucher au butin attendu.

« On n’a jamais volé le contenu du guichet automatique. Mais trois portes ont été endommagées pour tenter de sortir le guichet automatique », a spécifié le procureur aux poursuites criminelles, Me Claude Robitaille.

Cette tentative de vol avait causé pour plus de 35 000 $ de dommages.

Rousseau possède de nombreux antécédents judiciaires. Depuis sa dernière incarcération en 2013, Rousseau s’est repris en main et travaille maintenant au Manitoba.

Il a été condamné à verser un don de 5000 $ à Centraide Estrie avec des versements minimums de 500 $ par mois dans le cadre d’une probation de trois ans. Rousseau a quitté la région de l’Estrie pour changer de milieu.

Une chance à la réhabilitation

« C’est certain que lorsque l’on regarde votre dossier judiciaire, il y a plusieurs introductions par effraction. Cependant, je constate que vous avez changé. Le rapport présentenciel donne un bon portait de votre situation, mais que vous avez tendance à tourner la page sur votre passé. Je privilégie le côté de la réhabilitation. La complication d’administrer une peine dans la collectivité en dehors d’une peine avec sursis à l’extérieur de la province milite en faveur d’un suivi probatoire », estime le juge Chapdelaine.

Le juge l’a placé en probation de trois ans avec un suivi de 18 mois.

Rousseau a dû rencontrer un agent de probation à Sherbrooke, mardi, et son dossier sera transféré dans son nouveau lieu de résidence.

Il ne pourra communiquer avec des gens qui possèdent des antécédents judiciaires. Il ne pourra posséder d’outils pouvant servir à des cambriolages ou des stupéfiants.

En 2013, il a purgé deux ans moins un jour de prison pour 22 chefs d’accusation. Il a été impliqué dans les vols où des trous étaient effectués sur les toits pour déjouer les systèmes d’alarme des commerces entre mars et août 2013. Les introductions par effraction avaient été perpétrées à Sherbrooke, Drummondville et Stoke notamment. Les vols ont causé pour plusieurs milliers de dollars de dommages sur les bâtiments sans compter la valeur des biens volés