Tragédie de Lac-Mégantic : le jury est constitué

C'est un jury composé de dix hommes et quatre femmes qui aura la charge de déterminer du sort de Thomas Harding, Jean Demaître et Richard Labrie accusés à la suite du déraillement de train de la Montreal, Maine & Atlantic (MMA) à Lac-Mégantic.
Ces quatorze jurés bilingues ont été choisis parmi 300 candidats jurés, vendredi, en marge d'une longue journée de choix du jury au palais de justice de Sherbrooke.
À la fin du procès, ce sont douze de ces quatorze jurés qui devront rendre un verdict concernant l'accusation de négligence criminelle causant la mort de 47 personnes le 6 juillet 2013 à Lac-Mégantic.
Chacun des candidats jurés, choisis au hasard par groupe de vingt personnes, a d'abord été questionné par le juge Gaétan Dumas de la Cour supérieure pour déterminer s'il avait une opinion sur le dossier et s'il était capable ou non de la mettre de côté pour se baser seulement sur la preuve entendue lors du procès.
L'objectif de cette étape était de déterminer si le candidat juré pouvait s'acquitter de son devoir de juré avec un esprit ouvert, s'il sera impartial malgré la publicité du dossier et qu'il décidera du verdict seulement en fonction de la preuve entendue au procès et les directives données par le juge.
Les candidats jurés ont dû répondre à six questions avant que les avocats de deux parties se prononcent sur leur candidature.
Ils ont été questionnés s'ils avaient entendu parler de la cause dans les journaux, à la radio, à la télévision, sur Internet ou lors de conservations. Les citoyens ont dû aussi répondre s'ils avaient entendu parler de Jean Demaître, Thomas Harding ou Richard Labrie dans les divers médias.
Le juge et les deux parties s'étaient aussi entendus pour interroger les candidats jurés pour savoir s'ils avaient une idée préconçue de la culpabilité ou de l'innocence de l'un des accusés en raison de ce qu'ils avaient entendu à propos de la cause.
Chacun des candidats jurés a été questionné s'il avait subi des dommages directs, indirects ou psychologiques à la suite des événements du 6 juillet 2013.
Les parties voulaient aussi savoir si les candidats jurés avaient un lien quelconque avec des gens dans l'industrie ferroviaire.
Les jurés retenus avaient entendu parler de la tragédie de Lac-Mégantic, mais tous ont juré qu'ils n'avaient pas d'idée préconçue de la cause.
Les candidats jurés qui ont affirmé au tribunal de pas être capables de mettre de côté leur idée préconçue ont été exclus avant que les parties n'aient à se prononcer sur leur candidature.
À compter du 2 octobre, le jury entendra donc la preuve concernant l'accusation : «Entre le 4 juillet 2013 et le 6 juillet 2013, à Farnham, à Nantes et à Lac-Mégantic et ailleurs au Québec ont, par négligence criminelle, causé la mort de 47 personnes, soit par les omissions ou en raison des actions posées lors de la supervision, l'exploitation, l'opération ou la sécurisation du train de pétrole numéro 2 (train block oil L) ».
Me Thomas Walsh et Me Charles Shearson défendent Thomas Harding, Me Gaétan Bourassa assure la défense de Jean Demaître alors que Me Guy Poupart et Me Sarah-Nicole Tricoche représentent les intérêts de Richard Labrie.
La preuve de la poursuite est menée par les procureurs aux poursuites criminelles et pénales Me Véronique Beauchamp, Me Sacha Blais, Me Jasmine Guillaume et Me Marie-Ève Phaneuf.