Trafic de stupéfiants: quatre accusés filmés chez un tatoueur

Certaines transactions de cannabis captées sur des caméras de surveillance installées au commerce Johnny Boy Tatoo de la rue King Ouest à Sherbrooke ont permis d'étayer la preuve pour procéder à l'arrestation de quatre trafiquants de drogue allégués.

Tatoueur à cet endroit, Jean-Roger Boucher a posé certaines questions au tribunal lorsque la condition de ne plus se rendre à ce commerce lui a été imposée.

Boucher a été arrêté, mardi, en compagnie de John Coates, Jackie Gosselin et Michaël Renaud.

Ces quatre individus font face à la justice dans une affaire de trafic de stupéfiants à Sherbrooke reliée au crime organisé.

John Coates, Jackie Gosselin, Michaël Renaud et Jean-Roger Boucher sont accusés en lien avec le trafic et la possession dans le but d'en faire le trafic de cocaïne, de méthamphétamine et de cannabis.

Ces accusations ont été portées à la suite de perquisitions menées au cours des derniers mois à Sherbrooke par l'Escouade régionale mixte.

Jean-Roger Boucher a été libéré après avoir déposé 1000 $ aux greffes du palais de justice de Sherbrooke.

La procureure aux poursuites criminelles Me Émilie Baril-Côté a expliqué que des caméras ont permis de capter des transactions effectuées par Boucher au commerce de tatouage.

Il a sourcillé lorsque la condition de ne pas posséder de cellulaire lui a été imposée.

John Coates, qui avait été acquitté à la suite de son arrestation dans l'opération SharQc en 2009, a dû déposer 2000 $ pour garantir le respect de ses conditions de remise en liberté. Jackie Gosselin a aussi été libéré sous conditions après avoir déposé 2000 $.

Tous ces accusés n'ont pas le droit de communiquer entre eux. Ils ne peuvent pas non plus mettre les pieds au commerce Johnny Boy Tattoo. Leurs dossiers ont été remis au 19 février 2018.

Ce sont Me Michel Dussault et Me Christian Raymond qui assurent la défense des quatre accusés.

Quant à Michaël Renaud, le ministère public s'est opposé à sa remise en liberté.

Son dossier a été reporté au 19 décembre prochain le temps que la défense procède à l'analyse de la preuve au dossier.

Escouade régionale mixte

Le Service de police de Sherbrooke avait ajouté des effectifs supplémentaires, mardi, pour procéder aux arrestations dans cette affaire initiée par l'ERM dans le cadre du projet Palan.

Lors des perquisitions menées le 18 octobre dernier, le commerce Johnny Boy Tattoo de la rue King Ouest, six résidences de Sherbrooke, dont une vaste propriété du chemin de Saint-Élie de même qu'une résidence de Cookshire-Eaton ont été fouillées.

« Lancée en décembre 2016, l'opération Palan visait à mettre fin aux activités d'une organisation criminelle contrôlant le trafic de stupéfiants, notamment au niveau de la vente et de l'approvisionnement, dans le secteur de Sherbrooke ainsi que les municipalités environnantes », explique le porte-parole de l'Escouade régionale mixte, Aurélie Guindon.

Au cours l'enquête, les policiers ont mené une quinzaine de perquisitions les 13 juillet, 5 octobre et 18 octobre dernier.

De la cocaïne, du crack, du cannabis, des comprimés de méthamphétamine, des stéroïdes, des cigarettes de contrebande, 20 000 $, huit armes à feu et une arme à impulsion électrique ont été saisis.