Environ un an après son arrestation et le dépôt des accusations dans le cadre du projet poinçon, Jonathan Mercier a reconnu la possession dans le but d'en faire le trafic de stéroïdes.

Trafic de stéroïdes: Mercier plaide coupable

Environ un an après le dépôt des accusations dans le cadre du projet poinçon, Jonathan Mercier a reconnu la possession dans le but d'en faire le trafic de stéroïdes.
Lors de la perquisition du 13 avril 2016, les policiers avaient trouvé 906 comprimés de stéroïdes de même que 97 millilitres de cette substance.
L'opération policière avait permis de frapper un réseau de production de stéroïdes allégué à Sherbrooke, Bedford et Saint-Jean-sur-Richelieu.
Les avocats dans le dossier de Jonathan Mercier, Me Karine Poliquin en défense et Me Andy Drouin du ministère public, feront les observations sur la peine dans ce dossier le 4 juillet prochain.
Les dossiers des autres accusés en marge de cette opération policière étaient aussi de retour, vendredi, devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.
Me Alexandre Tardif, qui défend Maxime Houle, a annoncé au tribunal que quelques détails devaient être réglés avant que cet accusé plaide coupable le 18 juillet prochain.
Même chose pour Jean-Philippe Legault et Francis Michel dont les avocats Me Mélissa Gilbert et Me Marc-André Champagne de l'aide juridique ont annoncé les plaidoyers de culpabilité pour le 24 mai et le 28 avril respectivement.
Défendu par Me Jean-Marc Bénard, Anthony Côté devrait pour sa part fixer un procès dans cette affaire le 24 mai prochain.
Des accusations de possession de méthamphétamine et de stéroïdes dans le but d'en faire le trafic avaient été déposées lors des comparutions.
Les suspects écoulaient vraisemblablement leur production dans des centres d'entraînement, allant de Sherbrooke jusqu'à Saint-Jean-sur-Richelieu.
Lors des perquisitions, le SPS a saisi deux presses pour fabriquer les comprimés, plusieurs poinçons pour les presses avec les logos, plusieurs milliers de comprimés de stéroïdes correspondant à ces poinçons ainsi que des stéroïdes sous forme liquide.
Les enquêteurs avaient aussi saisi des dizaines de milliers de comprimés pouvant être de la méthamphétamine, un montant d'environ 6000 $, de même que des ordinateurs et des cellulaires.
Des armes prohibées, soit un poing américain, du poivre de Cayenne et des bâtons rétractables, ont été trouvées. Les policiers ont aussi saisi des véhicules comme biens infractionnels.
Accusé en marge de cette affaire, Jean-Nicolas Roy qui a plaidé coupable à une accusation de trafic de stéroïdes entre décembre 2014 et avril 2016 et de possession dans le but d'en faire le trafic subissait les observations sur la peine.
Son avocat Me Jean-Guillaume Blanchette a plaidé une absolution conditionnelle où Roy devrait effectuer 200 heures de travaux communautaires.
Me Drouin de son côté a demandé une peine de détention dans la collectivité de 15 mois.
Le juge Chapdelaine imposera la peine le 7 juillet prochain.