Deux joueurs de soccer de Sherbrooke ont reconnu avoir agressé un arbitre de 16 ans en plein match.

Tournoi amical de soccer : deux joueurs agressent un arbitre

Deux joueurs de soccer de Sherbrooke ont reconnu avoir agressé un arbitre de 16 ans en plein match.

Les deux individus de 23 ans et 25 ans ont reconnu des accusations de voies de fait simple pour le premier et de voies de fait armées d’un ballon pour l’autre au palais de justice de Sherbrooke.

Cette affaire remonte au 5 août 2018 lors d’un tournoi amical qui se déroulait au parc Belvédère de la rue Thibault.

Le plus jeune des deux individus a atteint l’arbitre à la tête avec un ballon de futsal, soit un ballon plus dur que le ballon de soccer réglementaire.

Le capitaine de l’équipe de ce joueur venait tout juste d’engueuler l’arbitre à la suite d’une décision où il avait appelé un tir de pénalité lors du match.

En plus de dépasser les bornes en argumentant la décision de l’officiel, l’un des deux accusés l’a poussé au torse et l’autre l’a giflé au visage.

Ils ont reconnu leurs torts devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

L’un des deux accusés a mentionné devant le tribunal que cette affaire était allée trop loin et qu’il regrettait les gestes.

Rapidement après les événements, les deux joueurs ont tenté de présenter leurs excuses au jeune arbitre, mais les proches de l’adolescent les ont légitimement tenus à l’écart.

L’avocate de la défense Me Stéphanie Marcoux et la procureure aux poursuites criminelles Me Maude Lambert ont présenté une suggestion commune d’absolution conditionnelle au juge.

Le jeune arbitre était en accord avec la suggestion commune présentée au tribunal. Me Lambert a souligné que l’adolescent ne garde pas de séquelle physique ou psychologique de cette agression lors du match où il ne faisait que son travail d’appliquer les règlements.

Me Marcoux a insisté sur le fait que l’un des deux accusés était en processus d’obtenir sa citoyenneté canadienne et qu’un casier judiciaire pourrait grandement lui nuire.

Les deux joueurs de soccer ont fait un don de 200 $ dans le cadre des procédures judiciaires.

Ils se sont engagés à ne pas communiquer avec l’adolescent impliqué malgré lui dans cet excès de colère de deux joueurs de soccer qui n’ont pu se contrôler.

L’un des deux accusés devra respecter les conditions dans le cadre d’une probation de six mois, alors que l’autre accusé devra faire la même chose pour la prochaine année.

Le juge Chapdelaine a insisté sur le fait que la suggestion commune était clémente, mais qu’elle n’était pas déraisonnable.

« Ce type de geste dans le sport doit être réprimé », a mentionné le juge.

Ce dernier a insisté sur l’importance pour les sportifs de respecter les arbitres peu importe le sport qu’ils pratiquent.

Ruben Dario Meza Lazaro

En décembre 2018, un récidiviste en matière de gestes de violence n’avait pas eu la même chance après avoir été reconnu coupable de l’agression armée d’un arbitre de soccer à Sherbrooke.

Ruben Dario Meza Lazaro avait été reconnu coupable de voies de fait armées et voies de fait causant des lésions pour avoir blessé un arbitre en lui lançant un ballon derrière la tête lors d’un match de soccer amateur.

Les événements se sont déroulés lors d’un match de soccer senior amateur houleux le 26 juin 2017 au parc Bureau de Sherbrooke.

L’accusé avait été condamné à une peine de 90 jours de prison à purger les fins de semaine.

Une probation de deux ans avec suivi concernant notamment la violence lui avait été imposée.

Sa victime, l’arbitre Gustavo Arango, a vécu des conséquences importantes du ballon qu’il a reçu derrière la tête. Il a été en arrêt de travail pendant 14 mois.