René Lachance, père de Danick Lachance, qui est vraisemblablement décédé samedi soir après avoir été heurté par un automobiliste qui textait en conduisant.

Texto au volant : la famille d'une victime refuse d'en vouloir au conducteur

Même si Danick Lachance, 19 ans de Tring-Jonction, est vraisemblablement décédé samedi soir après avoir été heurté par un automobiliste qui textait en conduisant, sa famille éplorée refuse de diriger sa colère vers le jeune homme de 18 ans de Lambton qui a comparu sous une accusation de conduite dangereuse causant la mort.
«Oui, on a de la peine, mais on n'est pas en ch.... après le p'tit gars. Au fond, qui n'a jamais checké ses courriels ou ses textos en conduisant? Sa famille à lui aussi est détruite, tout le monde veut sa tête sur les réseaux sociaux. Il en a assez de même, alors pourquoi en ajouter? », a déclaré Kathleen Morneau, conjointe de René Lachance, père de Danick.
«Des gens qui ont été témoins de l'accident nous ont dit que le gars était sorti à la course de l'automobile, qu'il avait ramassé mon gars dans ses bras et qu'il était en état de choc. Il disait : «J'ai tu tué quelqu'un? Je ne suis pas saoul, je ne suis pas drogué», raconte, ému, René Lachance, qui ajoute que la police lui a confirmé que le conducteur n'était ni sous l'influence de l'alcool, ni de la drogue.
Conducteur accusé
Des témoins auraient vu le jeune conducteur utiliser son téléphone cellulaire alors qu'il était arrêté à un feu de circulation sur la route 112 à Thetford Mines peu de temps avant la collision. C'est pourquoi il a comparu dimanche sous une accusation de conduite dangereuse causant la mort pour ensuite être remis en liberté.
Il ne nous est pas possible de divulguer son identité pour l'instant puisque le dossier est toujours sous étude d'ici son retour devant les tribunaux le 28 avril. Il pourrait alors faire face à la même accusation, à une accusation différente ou ne pas être accusé du tout.
Entre temps, il devra garder la paix et avoir une bonne conduite, aviser de tout changement d'adresse, remettre son permis de conduire à la police, s'abstenir de conduire tout véhicule et se rendre à la Sûreté municipale de Thetford Mines pour la prise d'empreintes digitales.
De l'auto-stop
Selon René Lachance et Kathleen Morneau, Danick faisait probablement de l'auto-stop pour rentrer à la maison samedi soir. Il venait tout juste de quitter l'hôpital de Thetford Mines où il s'était rendu afin d'obtenir une prescription pour soigner une amygdalite.
« Nous sommes un peu en colère contre lui, car il est parti sans nous le dire. Il avait couché chez une amie à Thetford Mines et, au lieu de nous demander d'aller le chercher, il a préféré remonter à Tring-Jonction « sur le pouce » et en marchant », poursuit Mme Morneau à propos du jeune homme qui n'avait pas de permis de conduire.
« On ne savait pas où il était et on s'inquiétait. Quand sa mère nous a appelés pour nous dire de nous rendre à Thetford avec elle au poste de police, on pensait qu'il avait fait une niaiserie », poursuit Kathleen Morneau.
Un bon vivant
Danick Lachance, qui avait habité pendant quelque temps en appartement avec un ami, venait de revenir s'installer dans la maison de son père depuis une semaine. « Danick, c'était un bon vivant. Tout le monde l'aimait, il n'avait pas d'ennemi », indique son père.
Avouant que son fils n'aimait pas beaucoup l'école et qu'il préférait le travail manuel, René Lachance venait tout juste de lui dénicher un emploi chez René Matériaux Composites à Saint-Éphrem de Beauce.
«Il avait commencé mardi et tout se déroulait bien. Il faisait tout pour que son retour chez nous se passe bien, il respectait les règlements. J'avais passé une très belle semaine avec lui», raconte son père, qui a installé une chandelle à côté d'une photo de son fils et des deux casquettes de celui-ci dans la résidence familiale.
Le conducteur remis en liberté
Le jeune conducteur de 18 ans impliqué dans l'accident mortel survenu samedi en milieu de soirée sur la route 112, dans le secteur Robertsonville de Thetford Mines, a recouvré sa liberté après avoir comparu par voie téléphonique avec promesse de revenir devant le tribunal en avril prochain.
Aucune accusation formelle n'a été retenue contre lui pour l'instant. L'enquête se poursuit et le dossier suit son cours.
Saisis du dossier, les enquêteurs de la Sûreté du Québec n'ont pas écarté l'hypothèse de l'utilisation d'un téléphone cellulaire par le conducteur et la possibilité que des accusations soient portées contre lui en ce sens.
Danick Paradis, 19 ans, un jeune homme de la Beauce, a perdu la vie dans cette tragédie. La victime marchait en bordure de la route 112 lorsqu'il a été happé par l'automobile conduite par un jeune homme de 18 ans. Le véhicule circulait en direction Est vers East Broughton. Avec Neslon Fecteau