Question de briser la routine, la division des enquêtes criminelles du groupe des crimes initiés a devancé d’une journée sa perquisition hebdomadaire en période de confinement en frappant mercredi au lieu de jeudi un lieu de vente de stupéfiants à Sherbrooke.
Question de briser la routine, la division des enquêtes criminelles du groupe des crimes initiés a devancé d’une journée sa perquisition hebdomadaire en période de confinement en frappant mercredi au lieu de jeudi un lieu de vente de stupéfiants à Sherbrooke.

Stupéfiants: autre frappe des forces policières 

Question de briser la routine, la division des enquêtes criminelles du groupe des crimes initiés a devancé d’une journée sa perquisition hebdomadaire en période de confinement en frappant mercredi au lieu de jeudi un lieu de vente de stupéfiants à Sherbrooke.

Après avoir frappé sur les rues des Alpes, Brooks et Sainte-Marie, les policiers du Service de police de Sherbrooke et de la Régie de police de Memphrémagog ont réalisé une perquisition sur la 12e Avenue Nord à Sherbrooke visant le trafic de cocaïne et de speed.

À LIRE AUSSI: Les saisies de jeudi se poursuivent à Sherbrooke

Autres constats d’infraction pour rassemblements illégaux et saisie de stupéfiants

Arrestations pour trafic de drogue et non-respect de la distanciation physique

Cinq personnes ont été arrêtées sur place.

Deux d’entre elles ont été gardées détenues pour comparution devant le tribunal. Des accusations de possession de méthamphétamine dans le but d’en faire le trafic ainsi que de possession et vente de cannabis illicite doivent être déposées contre eux.

Les autres personnes arrêtées seront accusées à des dates ultérieures.

Les policiers ont trouvé sur place des comprimés et de la poudre de méthamphétamine, du cannabis en sachets prêts pour la revente, des cigares de contrebande, de l’argent canadien ainsi que le matériel servant au trafic de stupéfiants.

« Les différentes techniques d’enquête ont démontré beaucoup de va-et-vient de courtes durées à cet endroit », explique la porte-parole du SPS, Isabelle Gendron. 

Deux constats d’infraction de 1000 $ pour des rassemblements illégaux liés la Loi sur la santé publique décrétée en raison de la pandémie de la COVID-19 ont été remis. 

Des mesures de protection adéquates ont été utilisées lors de l’opération pour éviter la contamination. Le Groupe d’intervention a entre autres été mobilisé lors de cette perquisition.

Arrêtée dans le projet Pûreté de juin 2019, Louise Landreville a été de nouveau arrêtée lors de frappe policière. Elle était en possession de cocaïne et de speed. Même si elle se trouvait en liberté sous conditions.

« Malgré tout, elle continuait ses activités criminelles en matière de stupéfiants en fournissant différents points de vente », mentionne Isabelle Gendron du SPS.