En libération conditionnelle d’une peine de dix ans de prison pour des vols, Alain Ducharme retourne en prison pour les six prochaines années.

Six ans de prison pour un voleur de carrière

En libération conditionnelle d’une peine de dix ans de prison pour des vols, Alain Ducharme retourne en prison pour les six prochaines années.

L’individu de 59 ans a plaidé coupable mardi, devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke, à deux vols qualifiés commis à la mi-janvier à Sherbrooke.

Déguisé avec un cache-cou et portant une imitation d’arme, il avait volé la station-service Canadian Tire de la rue King Ouest de Sherbrooke, le 15 janvier 2018. Répétant le même stratagème, Ducharme a volé le dépanneur Shell de la rue King Est quatre jours plus tard.

« Les victimes ont pensé que c’était une vraie arme et qu’elle était chargée », a fait remarquer la juge Desgens à l’accusé.

Ducharme a commis les deux vols qualifiés de la même façon. Il s’est introduit dans le dépanneur et a parlé avec le commis avant de demander l’agent en montrant une imitation d’arme.

« Il n’a montré aucun signe de propos menaçant outre la violence du geste où il montre l’arme », explique l’avocat de la défense, Me Patrick Fréchette.

C’est avec des vidéos de surveillance et des descriptions de témoins que Ducharme a été retrouvé par le Service de police de Sherbrooke.

Alain Ducharme a tenu à s’exprimer au tribunal avant de recevoir sa peine

« Je tiens à dire comment j’ai honte de moi. Les deux vols que j’ai commis auraient pu avoir une tout autre tournure. Ça aurait pu être plus grave. Le geste est inexcusable. C’est tolérance zéro. Ça ne se fait pas », a-t-il dit.

Manque de morphine

C’est un manque de morphine à l’été 2017, prescrit d’abord par un médecin, qui aurait entraîné sa descente aux enfers.

« J’ai caché la vérité et j’aurais dû demander de l’aide à mon agente de libérations conditionnelles. J’ai été immature et irresponsable. Je regrette la souffrance que j’ai fait subir à tous, à ma conjointe, à ma famille, mais surtout aux victimes qui n’ont rien fait pour mériter une telle chose. J’aurai bientôt 60 ans. Je suis épuisé de la vie en prison. Je vous laisse déterminer de la peine », a soutenu Ducharme devant le tribunal.

L’individu possède de nombreux antécédents judiciaires qui remontent aux années 70. En 2009, il s’était vu imposer dix ans de pénitencier pour des gestes de vols.

« On sent que vous êtes en paix, mais ça n’enlève rien à la gravité des gestes. Vous êtes capables d’empathie. Je n’ai senti aucune tentative de vous justifier. Ça fait état de votre responsabilisation et conscientisation. Le combat contre la drogue, vous devrez le poursuivre toute votre vie. Je ne vous ferai pas la morale. Vous faites face à vos choix », a indiqué la juge Desgens en imposant la peine à Alain Ducharme.

Ducharme était en libération conditionnelle dans le dernier tiers de sa peine lorsqu’il a commis les gestes.

« Il va sortir de prison pratiquement à l’âge de la retraite », a indiqué Me Fréchette.

Le procureur aux poursuites criminelles Me François Houle a expliqué que les employés victimes ne souhaitaient pas venir s’adresser au tribunal.

« Les employés ont eu de la difficulté à fermer le commerce dans les jours qui ont suivi ces vols, mais ils ont conservé leur emploi », a expliqué Me Houle.